Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

La vente nocturne d'alcool dans la mire des autorités

En Suisse, l'abus d'alcool conduit chaque jour trois à quatre jeunes à l'hôpital.

(RDB)

L'Office fédéral de la santé publique (OFSP) envisage d'interdire la vente d'alcool dans les stations-service, les gares et les take-aways entre 21h et 7h.

Cette mesure vise d'abord à combattre la consommation excessive des jeunes. Elle fait partie d'un vaste programme national de prévention au menu du gouvernement cet automne.

Elaboré par l'OFSP, ce programme de prévention prévoit que seuls les bars et les restaurants pourraient vendre de l'alcool en soirée. Les boissons alcoolisées devraient en outre être consommées sur place. Quant à la vente d'alcool à l'emporter, elle ne serait plus possible après 21h.

Directrice de la section alcool et tabac de l'OFSP, Anne Lévy a confirmé sur les ondes de la radio alémanique DRS que l'administration fédérale avait effectivement élaboré un catalogue de 34 mesures pour lutter, «en premier lieu contre la consommation excessive et l'ivresse rapide chez les jeunes».

Pour ce faire, l'OFSP a travaillé en partenariat avec une cinquantaine de représentants des institutions de prévention, de l'administration, de l'industrie et de l'hôtellerie.

L'office a aussi en ligne de mire la vente et la consommation d'alcool dans les stades et aux alentours lors de rencontres internationales de football et de hockey ou pendant les matches de ligue nationale A et B. Par ailleurs, les taxes sur la bière et le vin pourraient être augmentées.

2100 cas mortels par année

«Les expériences menées à l'étranger montrent qu'agir sur les conditions de mise en vente mais aussi sur les prix fonctionne», a ajouté Anne Lévy. Et l'OFSP de rappeler que différentes enquêtes montrent que limiter l'accès à l'alcool et augmenter son prix sont des mesures de dissuasion bien connues.

L'OFSP s'est ainsi largement inspiré de l'exemple du canton de Genève, qui joue un rôle de précurseur en matière de prévention. Depuis 2005, on ne peut plus se procurer de l'alcool dans un magasin situé sur territoire genevois dès la tombée de la nuit.

Sur son site Internet, l'OFSP relève par ailleurs que «l'impact de la consommation d'alcool et d'autres drogues sur la santé et sur la société est considérable». Selon les critères de l'office, près d'un million de personnes boivent trop d'alcool en Suisse.

«L'alcool incite à la violence, est responsable d'un grand nombre d'accidents et diminue la qualité de vie des personnes qui en consomment trop. Chaque année, près de 2100 cas mortels sont imputables à l'alcool» poursuit l'OFSP.

Les commerçants sceptiques

Du côté des commerçants, les propositions de l'OFSP sont jugées peu convaincantes. «C'est typiquement une mesure inutile», a déclaré Ernest Dällenbach, directeur de de l'Association suisse du commerce des vin à la DRS.

Pour sa part, il préconise plutôt le renforcement des contrôles au moment de l'achat. Et plaide en faveur d'un durcissement pour les jeunes gens entre 16 et 18 ans, qui ne devraient néanmoins pas se voir interdire l'achat d'alcool en soirée.

Chez Aperto, les magasins installés dans les gares, on doute de l'efficacité de cette mesure en termes de prévention. Au niveau du chiffre d'affaires, l'interdiction de la vente d'alcool dès 21h correspondrait à une heure d'ouverture de magasin en moins pour Aperto.

A la Coop, qui possède plus de 170 magasins proches de stations-service, on attend une décision ferme sur ce sujet pour se prononcer, a dit Takashi Sugimoto, porte-parole du grand distributeur. A ce stade, le géant alimentaire estime faire un effort important pour éviter de vendre de l'alcool à des mineurs.

Aux cantons de décider

Selon Anne Lévy, le programme national de prévention contre l'alcoolisme 2007-2011 sera déposé sur le bureau du gouvernement cet automne.

L'OFSP discutera ensuite avec les différents partenaires ayant participé à l'élaboration des mesures de leur mise en œuvre concrète. Au final, la Confédération ne pourra toutefois pas interdire la vente d'alcool car cette décision est du ressort des cantons.

swissinfo et les agences

En bref

En Suisse, la consommation d'alcool est à l'origine de 5,2% des décès chez les hommes et 1,4% des décès chez les femmes (chiffres de 2002).

La consommation d'alcool est responsable de 10,5% d'années de vie perdues chez les hommes et de 4,9% d'années de vie perdues chez les femmes.

A 15 ans, 25,4% des garçons et 17,6% des filles consomment de l'alcool au moins une fois par semaine (chiffres de 2006). Et chaque jour, l'abus d'alcool conduit trois à quatre jeunes à l'hôpital.

Globalement, près de 300'000 personnes sont dépendantes de l'alcool. L'abus engendre des coûts estimés pour la Suisse à 6,7 milliards de francs par an.

Fin de l'infobox


Liens

×