Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Les racines suisses d’Obama

Le petit village de Ried, où a vécu un ancêtre d'Obama.

(Keystone)

Un archiviste suisse a fait remonter l’arbre généalogique de Barack Obama à une bourgade de Suisse occidentale. Après trois mois passés à éplucher les documents de la commune, il a pu prouver le lien entre Obama et son ancêtre helvétique Hans Gutknecht.

Si les archivistes avaient déjà soupçonné cette origine suisse de Barack Obama, elle n’avait pas encore pu être démontrée. C’est désormais chose faite avec la découverte du certificat de baptême d’Hans Gutknecht, homologué à Ried bei Kerzers, dans le canton de Fribourg.

Situé à proximité de Berne, ce village alémanique ressemble à un concentré de Suisse agricole. Dressé au milieu de champs de blé, il est traversé de rues tranquilles bordées de grandes fermes et de jardins.

Autrefois, le nom de Gutknecht était répandu dans la région de Ried bei Kerzers. Ainsi, lorsque la rumeur d’un lien entre la commune et Obama a enflé, de nombreux Gutknecht sont-ils venus se présenter comme membres de la famille du président.

Pour élucider ce «mystère», le conseil communal de Ried a donc décidé de mettre son généalogiste, Hans Herren, sur le cas. Après l’élimination de différentes branches de Gutknecht, ce dernier a pu remonter à une famille du village de Fräschels, dont le dernier descendant est un jeune garçon de douze ans: un cousin éloigné d’Obama!

En parallèle, le généalogiste a retrouvé un certificat de baptême qui date de 1692 et qui a été établi au nom d’Hans Gutknecht, aïeul maternel d’Obama de la septième génération, côté maternel. Au début du XVIIIème siècle, l’homme a déménagé en France. Plus tard, son fils a émigré aux Etats-Unis, en Pennsylvanie. Et a pris le nom de Goodnight. Des éléments, validés par le département d’archives du canton de Fribourg.

Citoyen d’honneur

Le 13 juillet, le village présentera officiellement cette découverte aux médias. Un dossier qui réunit la recherche et l’arbre généalogique qui en résulte a été constitué. Heinz Etter, président du conseil communal de Ried, rapporte que l’Ambassade américaine de Berne a décliné l’invitation à l’événement.

«J’ai ensuite écrit au président américain lui-même. Car le conseil a décidé de lui décerner le titre de citoyen d’honneur et de lui présenter le document», relève Hans Etter, assis dans l’unique café du village. Evidemment, il n’a obtenu aucune réponse de Washington.

Dans le café, Elizabeth Thomas, une résidente du village, évoque volontiers le lien entre Ried et Obama. «C’est marrant. Beaucoup de gens parlent de cette révélation. Certains la croient vraie, d’autres sont plus sceptiques. Dans tous les cas, cet événement a un effet positif pour le village. Dans un village comme celui-ci, lorsqu’on parle d’étrangers, les personnes ont plutôt des positions politiques de droite. Mais, lorsqu’il s’agit d’une parenté avec Obama…», dit-elle, en cherchant vainement ses mots.

«Je suis fier», ajoute Martin Schnidrig, devant son atelier de verrerie situé sur la rue principale. «Je trouve que c’est quelqu’un de bien. Et je sais qu’un certain nombre de villageois étaient heureux de son élection. C’était possible seulement aux Etats-Unis: ici, nous ne pourrions pas avoir un président noir. L’Amérique est un pays d’immigrés et il est important qu’elle le reste.»

Bonne nouvelle pour les Démocrates

Dans son livre, «Dreams of My Father», Obama parle de ses racines kényanes. Et il n’y a pas longtemps, l’arbre généalogique de sa mère a démontré l'existence d'ancêtres en Allemagne, en France et en Irlande. A chaque nouvelle découverte, les origines du président font l’objet de détournements humoristiques. Ici on le voit porter des pantalons de cuir, là son nom se transforme en O’Bama.

C’est Alain Chardonnens qui a initié la découverte de Ried bei Kerzers. Enseignant l’histoire à l’Université de Fribourg, il a écrit un livre qui porte sur les 100 premiers jours de fonction du président.

Selon lui, les racines suisses d’Obama aideront le président à contrer les remarques des opposants, qui considèrent ses origines comme problématiques. Ainsi que les attaques de ceux qui nient sa naissance aux Etats-Unis.

«En 2008, faire taire ces voix était très important pour Barack Obama et le parti démocrate. Alors que les Républicains critiquaient son nom arabe, Hussein, les Démocrates voulaient démontrer aux citoyens blancs qu’Obama possédait également des origines occidentales et qu’il était un Américain comme un autre.»

Alain Chardonnens relève, qu’aujourd’hui, cette découverte de racines suisses est une excellente nouvelle pour les Démocrates. «Nous arrivons à mi-parcours du mandat présidentiel d'Obama. Le 'Tea Party' (ndlr: à forte tendance conservatrice) continue d’attaquer Obama. Son certificat de naissance est toujours contesté.»

Il relève pourtant que le bénéfice de l’événement s’arrête là. «J’imagine que ces racines suisses représentent une grande source de fierté pour les habitants de Ried. Mais, au-delà, qu’est-ce que ce lien peut apporter?», constate-t-il en plaisantant sur le fait que le village pourrait ériger une statue à l’effigie d’Obama ou essayer d’effectuer un jumelage avec Washington DC. «Il n’y aura certainement aucun impact économique, ni politique. Cette révélation sert uniquement à faire la fierté des villageois.»

Selon Heinz Etter, les 1064 habitants de Ried prennent très calmement leur nouvelle célébrité. «Après cette trouvaille, chacun a repris ses activités habituelles. Cela ne va pas nous empêcher de travailler. Rien n’a changé.»

Jessica Dacey, Ried bei Kerzers, swissinfo.ch
(Traduction et adaptation de l’anglais: Laureline Duvillard)

L’arbre généalogique suisse d’Obama

Hans Gutknecht (1692-1762) de Ried bei Kerzers se marie à Anna Barbara Kiefer. Ils déménagent à Bischwiller en France, où ils ont un fils, Christian (1722-1795), qui émigre ensuite aux Etats-Unis. Là-bas, il épouse Maria Grünholtz et prend le nom de Goodnight.

Leur fils, Samuel Goodnight, se marie à Magdalena Berkeimer. Ensemble, ils ont une fille, Catherine, qui épouse Jacob Dunham.

Le fils de Catherine et Jacob, Jacob Mackay Dunham, se lie à Louise Eliza Stroup, qui lui offre un fils, Jacob William Dunham.

Celui-ci épouse Mary Ann Kearney, qui donne naissance en 1894 à Ralph Waldo Emerson Dunham.

Ce dernier épouse Ruth Lucile Armour. Leur fils, Stanley Dunham, qui est le grand-père maternel d’Obama, épouse Madelyn Payne.

Leur fille, Ann Dunham, se marie alors avec Barack Hussein Obama. Ensemble, ils ont un fils, Barack Hussein Obama, actuel président des Etats-Unis.

En parallèle, l’archiviste Hans Herren a relié l’arbre généalogique d’Obama à un garçon de 12 ans. Il a découvert que le petit-fils du frère d’Hans Gutknecht, Peter (né en 1695) avait cinq enfants. Parmi eux, Benedict, donne naissance à Gottlieb, dont l’ arrière-arrière petite fille, Dora, épouse Albert Meyer. Ensemble, ils ont un fils, Stefan Meyer. Le petit-fils de ce dernier est actuellement le plus jeune membre de la lignée.

Les archives cantonales de Fribourg ont validé toutes ces recherches, avec un document qui souligne le sérieux avec lequel Hans Herren a effectué son travail.

Fin de l'infobox

La suite de la famille

Barack Obama est le fils d’Ann Dunham, une anthropologiste américaine qui s’éteint en 1995, et de Barack Obama senior, un économiste du gouvernement kényan qui décède en 1982.

Obama a une demi-sœur, Maya Kassandra, issue du second mariage d’Ann Dunham avec Lolo Soetoro. Après avoir quitté l’Indonésie pour Hawaï, le président développe une relation privilégiée avec ses grand-parents maternels installés sur l’île, Madelyn et Stanley Dunham.

Barack Obama possède également plusieurs demi-frères et sœurs au Kenya: Malik, Abo, Auma, George Hussein Onyango, Bernard Obama, Mark et David Ndesandjo. Il a trois demi-oncles, Said, Yusuf et Omar Obama, ainsi qu’une demi-tante Zeituni Onyango.

Son grand-père paternel, Hussein Onyango Obama est mort en 1979. C’est la seconde femme d’Hussein, Habiba Akumu Obama, qui était sa grand-mère paternelle. Hussein a ensuite épousé Sarah Obama, qui a élevé Barack Obama senior.

Dans son livre, «Dreams of My Father», Obama parle de ses racines kényanes et raconte son voyage à travers le pays pour rencontrer les membres de sa famille et partir à la découverte de ses ancêtres. Là-bas, il a notamment appris de nombreux éléments au sujet de ses arrière-grand-parents, Obama et Nyaoke ainsi que de son arrière-arrière grand-père, Opiyo.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×