Navigation

Plaidoyer pour les missionnaires mormons en Suisse

Le temple mormon de Zollikofen, près de Berne, après son inauguration en 1995. RDB

Des sénateurs et des représentants américains demandent à Berne de permettre aux missionnaires mormons de poursuivre leur travail en Suisse au-delà de 2012. Ils plaident pour une exception en marge de restrictions découlant de l'accord sur la libre circulation.

Ce contenu a été publié le 16 décembre 2010 - 06:00
Karin Kamp, swissinfo.ch

Le sénateur américain Mike Crapo et un groupe de 14 représentants du Congrès des Etats-Unis (Parlement bicaméral) a cosigné une lettre envoyée à l’ambassade de Suisse à Washington au début de l’année. Les édiles demandaient au gouvernement helvétique de trouver une solution en faveur des missionnaires de l’église de Jésus Christ des Saints des derniers jours (SDj).

«Nous souhaitons le maintien du dialogue entre le gouvernement suisse et les représentants et officiels américains, afin de permettre aux missionnaires religieux américains de poursuivre pleinement leur travail à l’étranger, sans subir d’entraves administratives», explique le sénateur à swissinfo.ch

La loi incriminée par les édiles américains, découle de l’application de l’accord bilatéral sur la libre circulation conclu entre la Suisse et l’Union européenne, entré en vigueur en 2002. Dans la pratique, le texte permet aux ressortissants européens de travailler en Suisse, mais les règles visant les citoyens d’autres pays sont nettement plus restrictives.

Une décision prononcée par un tribunal suisse précise que le travail du missionnaire est considéré comme une activité lucrative et partant, qu’il est soumis à la règle des quotas.

Espoir et prières

Dans sa réponse du mois d’octobre et envoyée aux édiles du Congrès, dont Harry Reid, le leader de la majorité au Sénat, l’ambassade de Suisse laisse entendre qu’une solution pourrait être envisagée au travers d’un dialogue et par d’autres biais.

«Les lois peuvent être amendées et les règlements peuvent subir des modifications. Mais c’est aux communautés concernées de faire le premier pas en vue de ces changements», a indiqué Urs Ziswiler, l’ambassadeur de Suisse, dans sa missive.

 «Nous avons plusieurs cas similaires avec d’autres pays et donner raison aux Mormons provoquerait un précédant», a rappelé le numéro un helvétique  à Washington.

En réponse à ces propos, le sénateur Mike Crapo a indiqué qu’il appréciait l’invitation au dialogue afin de trouver une issue favorable à la cause des missionnaires mormons et pour que ces derniers puissent poursuivre leur mission. De fait, la plupart des missionnaires mormons qui arrivent en Suisse proviennent des Etats-Unis et en particulier d’Etats tels que l’Utah, le Missouri, l’Idaho et l’Arizona.

Selon un accord transitoire en vigueur, un contingent de 80 missionnaires mormons provenant des Etats-Unis a été autorisé à venir en Suisse en 2010, et 50 pourront y rester en 2011. Mais dès 2012, d’ultérieures admissions dans ce sens ou sous d’autres dénominations ne seront plus octroyées à des citoyens d’Etats tiers, a fait savoir l’ambassade de Suisse à Washington.

Une longue histoire

Dans leur lettre, les membres du Congrès soulignent le «lien spécial de l’église de Jésus Christ des Saints des derniers jours avec la Suisse», rappelant au passage que Berne avait été choisi comme site pour accueillir le premier temple SDj en Europe.

«Aujourd’hui, une part importante des membres de l’église des SDj aux quatre coins des Etats-Unis revendiquent fièrement des liens ancestraux avec la Suisse. Ce serait une grande tragédie pour nos deux nations, si ce programme missionnaire de l’église SDj devait toucher à sa fin», soulignent encore les édiles.  

Ils mettent aussi en exergue le fait que les volontaires présents en Suisse sont des bénévoles, engagés dans des tâches ecclésiales et que leur activité ne présente en  aucune manière un facteur de concurrence sur le marché du travail interne.

«Selon le principe de la réciprocité, les jeunes Suisses de l’église des SDj peuvent à leur tour conduire leur mission de 24 mois aux Etats-Unis, sans restriction aucune», relèvent encore les cosignataires de la lettre.

L’histoire de l’église mormone en Suisse remonte à 1850, et l’église des SDj souhaite vivement que cette tradition soit maintenue. «Nous espérons qu’une solution puisse être trouvée, afin de permettre à nos missionnaires, indépendamment de leurs origines, de continuer à servir la population suisse», déclare de son côté Michael Purdy, le porte-parole de l’église des SDj, basée dans l’Etat du Utah.

«Notre expérience a montré que les missionnaires de notre église retournent chez eux après leur mission en Suisse, avec un grand amour et un profond respect pour le peuple, l’histoire et la culture de ce pays».

En bref

L’activité missionnaire de l’église de Jésus Christ des Saints des derniers jours a débuté en 1950 en Suisse.

Aujourd’hui, l’église compte quelque 7000 membres répartis en 40 congrégations, pour 27 lieux de culte.

L’enseignement religieux s’appuie sur la défense d’idéaux élevés, avec un accent marqué sur l’importance de la famille, de même que l’abstinence en matière d’alcool et de tabac.

Le premier temple mormon de Suisse a été érigé à Zollikofen, près de Berne, en 1955. Au départ, l’édifice était destiné aux membres de l’église répartis dans l’Ouest de l’Europe et les pays nordiques.

Considérés comme «maisons de Dieu», et différents des lieux de cultes, les temples permettent aux adeptes d’y célébrer divers rituels tels que les mariages, les baptêmes et d’autres cérémonies sacrées.

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.