Soleil levant pour les PME suisses

Herman Escher, le directeur du Swiss Business Hub de Tokyo. www.osec.ch

Inauguré il y a un an, le Swiss Business Hub de Tokyo suscite vivement l'intérêt des petites et moyennes entreprises (PME) de Suisse.

Ce contenu a été publié le 04 décembre 2002 - 18:49

Ce centre d'affaires helvétique sert en effet de porte d'accès à la deuxième économie du monde.

En un an, le Swiss Business Hub de Tokyo a répondu à plus de 200 demandes de services de la part de PME helvétiques.

A titre de comparaison, son équivalent allemand, lui, en a traité 50 pendant la même période.

Le Japon reste le pays le plus riche du monde



C'est un bon début. Les PME suisses n'ignorent pas la deuxième économie du monde. Mais elles pourraient être plus nombreuses encore.

«Nous devons déployer davantage d'efforts en Suisse», confirme le responsable du Swiss Business Hub.

Et Herman Escher d'ajouter: «Nous devons persuader nos PME que le Japon est un excellent débouché pour les entreprises helvétiques qui doivent faire face à des coûts très élevés».

En clair, en dépit de ses difficultés actuelles, le Japon reste le pays le plus riche du monde. Il est, par conséquent, l'un des rares à pouvoir absorber des produits suisses coûtant plus chers que ceux qui sont fournis par d'autres pays du vieux continent.

L'OSEC voudrait couvrir tout l'Extrême-Orient



«Les médias donnent du Japon l'image d'un pays à l'économie en panne», observe Alfred Rechsteiner, responsable à l'Office suisse d'expansion commerciale (OSEC) de la coordination entre les Swiss Business Hub d'Asie.

Pour Alfred Rechsteiner, «les représentants des compagnies suisses au Japon sont beaucoup plus positifs et ils donnent le sentiment de réaliser de bonnes affaires».

L'OSEC compte deux autres centres d'affaires dans cette partie du monde. L'un en Chine, l'autre en Inde. Et, pour couvrir l'Asie du Sud-Est dans son ensemble, il songe même à l'ouverture d'un quatrième à Singapour.

«Nos sondages montrent que les PME suisses ont autant d'intérêt pour le Japon que pour la Chine, dit Alfred Rechsteiner. Certes, la croissance chinoise est très forte. Mais, le Japon ne ménage pas ses efforts pour ouvrir ses marchés aux étrangers.»

Le Japon accorde des facilités aux PME



La preuve: le JETRO, l'organisme du commerce extérieur japonais, met des locaux à disposition des PME étrangères gratuitement et pendant quatre mois.

Elle le fait au cœur de Tokyo, mais également dans d'autres grandes villes japonaises telles que Yokohama et Osaka.

«Peu de PME helvétiques le savent et profitent de cet avantage, note Hermann Escher. Le JETRO va même jusqu'à prendre à sa charge certains frais de traduction.»

Cette façon de faire est unique au monde. Pour exemple, conclut Hermann Escher, «un petit confiseur de Genève n'a pas hésité à utiliser de telles facilités pour présenter ses douceurs».

swissinfo/George Baumgartner à Tokyo

Faits

On compte douze Swiss Business Hubs. L'OSEC veut en ouvrir seize au total.
Les Swiss Business Hubs visent à aider les PME à entrer sur des marchés difficiles.
Mais aussi à identifier les secteurs industriels les plus prometteurs.

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article