Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Face à la hausse de la demande en eau dans le monde d'ici 2030, la Suisse s'active. Lundi, Didier Burkhalter a appelé à Prague à faire de l'eau un instrument de paix et non de conflit, alors qu'un panel doit être lancé par la Suisse en novembre à Genève.

"La question de l’eau et de son impact sur la sécurité est une des priorités de la politique étrangère de la Suisse", a souligné le conseiller fédéral lors du Forum économique et environnemental de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE). D'ici 2030, la demande en eau dans le monde doit augmenter de 55 % et le déficit d'eau doit atteindre 40 % si la situation actuelle se poursuit, selon l'ONU.

L'eau est essentielle pour la santé, l'alimentation, l'énergie et les écosystèmes. Mais la hausse de la population et de l'urbanisation, les changements en matière de production et de consommation ou encore le changement climatique ont des conséquences sur ces ressources en eau, a mis en garde M. Burkhalter.

Et d'évoquer plusieurs conflits liés à l'eau dans plusieurs régions du monde. Mais l'eau peut aussi être "une puissante source de coopération", a-t-il souligné.

Suisse active auprès de pays d'Asie centrale

Des lignes ont été adoptées pour l'action du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE). La Suisse mène notamment une initiative "hydro-diplomatique" à la demande de cinq pays d'Asie centrale.

Un envoyé spécial doit contribuer à faciliter le dialogue entre ces Etats et à lancer un mécanisme de gestion de l'eau dans la région. Une rencontre a eu lieu à Bâle après une visite de M. Burkhalter en Asie centrale et une seconde réunion est prévue pour 2016.

En novembre, les travaux d'un panel global de haut niveau sur l'eau et la paix doivent débuter à Genève, à l'initiative de la Suisse soutenue par plusieurs pays. Ces experts indépendants devront lancer des propositions sur la prévention des conflits liés à l'accès à l'eau et encourager la promotion de la paix dans ce secteur.

L'un des 17 prochains ODD prévus

L'OSCE a elle-même un rôle à jouer dans ce domaine, a affirmé le chef du DFAE, qui a rappelé plusieurs théâtres où l'organisation a été active. En Ukraine, la Mission spéciale d'observation (SMM), en facilitant des cessez-le-feu locaux, a notamment permis la réparation de sites d'approvisionnement en eau détruits.

Elle a aussi soutenu la livraison par la Suisse de produits chimiques pour la désinfection de l'eau pour la population des deux côtés de la ligne de front.

L'accès à l'eau doit être l'un des 17 prochains Objectifs pour le développement durable (ODD). La Suisse a elle largement été à l'origine des discussions sur cette mesure.

ATS