Roger Federer (no 2) a subi la plus cruelle défaite de sa carrière dimanche en finale à Wimbledon.

L'octuple vainqueur du tournoi a manqué deux balles de titre face à Novak Djokovic (no 1), qui s'est imposé 7-6 (7/5) 1-6 7-6 (7/4) 4-6 13-12 (7/3) après 4h55' d'une lutte à couper le souffle.

Cette défaite laissera des traces. Plus que celle subie sur le même Centre Court onze ans plus tôt face à Rafael Nadal, qui avait mis fin au règne de Roger Federer en s'imposant 9-7 au cinquième set en finale. Plus encore que celle essuyée également en cinq manches face au Majorquin, en finale à Melbourne en 2009, alors que le Bâlois avait l'occasion d'égaler Pete Sampras avec un 14e titre majeur.

Bien sûr, Roger Federer a démontré une nouvelle fois (mais en avait-il besoin?) qu'il était toujours capable de rivaliser pendant 5 heures avec le meilleur joueur du monde. Mais il ne saura s'en satisfaire. Car, à bientôt 38 ans - il les aura le 8 août -, les occasions de cueillir un 21e trophée du Grand Chelem se feront de plus en plus rares.

Trop passif dans les moments décisifs

Et celle-ci était vraiment unique. Comme dans sa finale de l'Open d'Australie 2017 gagnée face à Rafael Nadal, Roger Federer a comblé un retard d'un break dans le cinquième set. Mené 2-4 par Novak Djokovic, il a trouvé les ressources pour recoller à 4-4. Le scénario semblait même trop parfait lorsqu'il est parvenu à s'emparer du service du Serbe pour mener 8-7.

Mais Roger Federer a flanché au moment de porter l'estocade, à 40/15 sur son propre service dans le 16e jeu de la cinquième manche. Il a manqué le coche sur sa première balle de match, commettant la faute en coup droit, avant d'être crucifié par un passing de Novak Djokovic sur la seconde.

Le Bâlois a pourtant su digérer ces deux balles de match gâchées. Il est reparti de l'avant, se procurant deux nouvelles balles de break à 11-11. Mais Novak Djokovic a tenu bon. Et il a aisément fait la différence dans le troisième tie-break, comme dans les deux premiers, face à un adversaire bien trop passif dans les moments décisifs d'une finale hors norme.

"Essayer de l'oublier"

Roger Federer se serait bien passé de vivre de la sorte cette finale historique, qui est le seul match de simple dans lequel un tie-break a été nécessaire à 12-12 au cinquième set. "Je vais essayer de l'oublier", a d'ailleurs souri (jaune) le Bâlois, qui fut le meilleur joueur (94 coups gagnants contre 54 pour Novak Djokovic, 61 fautes directes contre 52).

Mais pas le plus efficace. Novak Djokovic (32 ans), qui avait déjà battu deux fois Roger Federer en ayant sauvé deux balles de match au passage (dans les demi-finales des US Open 2010 et 2011), a ainsi inscrit au final 14 points de moins que son adversaire. Mais il a témoigné d'une grande solidité dans le "money time".

Le Serbe de 32 ans a conclu cette partie sur sa première balle de match, profitant d'un coup droit "boisé" par Roger Federer pour cueillir un cinquième titre à Wimbledon. Il revient ainsi à quatre longueurs du Bâlois avec ce 16e trophée majeur, et à deux de Rafael Nadal. La lutte pour le titre de plus grand joueur de tous les temps est décidément sublime.

Mots clés

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.