Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Travail frontalier L’attrait de la Suisse provoque une pénurie de main-d’œuvre en France

Les zones frontalières sont vidées de leur main d'oeuvre à cause de l'attractivité de la Suisse. 

(© Keystone / Christian Beutler)

Dans certaines zones de France voisine, près d’un travailleur sur deux est employé en Suisse. Cette situation entraîne un manque de main-d’œuvre problématique pour les entreprises françaises proches de la frontière.

Du cadre à l’ouvrier en passant par le serveur ou l’infirmière, la Suisse compte environ 177'000 travailleurs frontaliers venant de France. Cela représente plus de la moitié des 314'000 frontaliers que compte le pays. C’est dans le canton de Genève que ces frontaliers sont les plus nombreux: 85'000. Vaud en compte près de 32'000, Neuchâtel près de 13'000, le Jura 8500 et le Valais 1600.

44% des actifs du Genevois travaillent en Suisse

D’après une récente étude française de l’Institut national de la statistique et des études démographiques (INSEE), plus de 44% de la population active du Genevois français travaille en Suisse. Autour de Saint-Louis, près de Bâle, c’est près de 42% (une partie de ces frontaliers travaillent en Allemagne). Le taux est presque identique autour de Morteau et se monte à plus de 32% autour de Pontarlier.

Dans les entreprises françaises, cette fuite de la main-d’œuvre pose de sérieux problèmes de recrutement. C'est le cas de cette société de plomberie et chauffage de Saint-Julien-en-Genevois montrée en exemple dimanche dans le 19h30. Au téléphone, le même refrain revient régulièrement: «Je suis désolé, aujourd’hui on prend en contrat de maintenance uniquement les équipements qu’on a installés.»

Son gérant, Jean Benoît-Guyot, s’en désole: «On refuse plusieurs fois par jour du travail», explique-t-il. «On a la structure, on a l’encadrement pour faire le travail, mais on n’a pas les manuels pour faire le travail.»

vidéo RTS

Un personnel «aspiré» par la Suisse

Cet entrepreneur assure qu'il pourrait embaucher immédiatement au moins cinq personnes supplémentaires, mais il a du mal à trouver des candidats. Il doit même lutter pour garder ses propres salariés. «La raison, c’est l’aspiration de notre personnel par la Suisse», déplore Jean-Benoît-Guyot. «La plupart du temps, on a formé des apprentis et une fois qu’on les a bien formés, comme on est une entreprise assez qualitative, s’ils viennent avec notre carte de visite ils sont sûrs de trouver du travail» de l'autre côté de la frontière.

Car Genève n’est qu’à quelques kilomètres et les salaires peuvent y être deux fois plus élevés, voire plus. La tentation est donc grande, pour un salarié, de passer la frontière.

Une fois et demie le salaire français, tout compté

C'est le cas de Kévin Lecoq, qui vit dans le Doubs. A l’issue de son apprentissage en cuisine, il n’a même pas cherché de travail en France et a filé directement en Suisse. Il travaille aujourd'hui, en compagnie de quatre autres Français, dans une pizzeria de Saignelégier, dans le canton du Jura. La commune de 2600 habitants recense 262 frontaliers. Pour Kévin, l’explication est simple: ce sont les salaires deux fois plus élevés en salaire net. «Quand on enlève tout ce qu’il y a à payer, on est à une fois et demie le salaire français, ça reste avantageux», précise-t-il.

Frontalier, qui es-tu? Le travailleur frontalier au-delà des fantasmes

Qui sont-ils, ces centaines de milliers de pendulaires européens qui se rendent chaque jour en Suisse pour y gagner leur vie? Portrait.

A quelques kilomètres de là, de l’autre côté de la frontière, Michèle se démène pour assurer le service. A 65 ans, elle a l’âge de la retraite mais le restaurant où elle travaille n’arrive pas à embaucher. Et les choses ne font qu'empirer: une mauvaise nouvelle est arrivée avec le courrier du jour, une lettre de démission.

Pression sur le prix des logements en France

Les employés sont régulièrement attirés par les salaires suisses ou tout simplement découragés par le coût de la vie le long de la frontière, comme l’explique le restaurateur: «Les tarifs du logement sont étalonnés sur les salaires suisses, donc nous on a un problème pour loger notre personnel», souligne Gérard Saillard, dont les employés doivent parfois se loger à 50 kilomètres de là.

Et si les entreprises frontalières peuvent se permettre d’ajuster leurs prix et leurs salaires à la hausse, elles ne peuvent pas soutenir la concurrence des salaires suisses, où la fiscalité sur le travail est nettement plus basse qu’en France. Comme un cercle vicieux, ces salaires font grimper les prix de l’immobilier et le coût de la vie. Ils encouragent donc encore plus de travailleurs à devenir frontaliers.

map

carte

Les «incohérences» de la politique genevoise

A Saint-Julien en Genevois, le maire estime que Genève se débarrasse du problème du logement sur les communes frontalières. «Genève se compare à New York et Singapour sur son développement économique, mais au Gros-de-Vaud sur son développement urbain», illustre Antoine Vielliard. «C’est totalement incohérent, on ne peut pas vouloir des dizaines de milliers d’emplois sans construire les logements et se plaindre parce qu’il y a de plus en plus de pendulaires chaque année.»

Les frontaliers rapportent pourtant de l’argent à la commune française, via leur pouvoir d’achat et une partie de leurs impôts qui sont rétrocédés à la commune de résidence. «Il y a des avantages, mais ça induit hyperinflation, hyperurbanisation et fuite en avant sur les équipements publics qui ne sont plus tenables pour les collectivités», poursuit Antoine Vielliard. «Et les inconvénients commencent à surpasser les avantages.»

«On ne peut pas vouloir des dizaines de milliers d’emplois sans construire les logements et se plaindre parce qu’il y a de plus en plus de pendulaires chaque année»
Antoine Vieillard

Fin de la citation

La solution Poggia pour recruter local

A Genève, le Conseil d’Etat se dit conscient de tous ces problèmes, mais les marges de manœuvre sont limitées alors que la population vient de rejeter la densification de deux zones villas.

A propos de «l’aspiration» de la main-d’œuvre, qui aurait aussi pour effet un dumping salarial, le conseiller d’Etat en charge de l’Emploi Mauro Poggia compte sur la bonne volonté des employeurs pour recruter local: «Toute contrainte sera contraire au droit européen, aux accords de libre-circulation. Donc nous devons compter sur la prise de conscience des employeurs et je pense qu’on peut le faire», estime-t-il.

Il est pourtant peu probable que le nombre de frontaliers baisse significativement. Selon les prévisions, les besoins de main-d’œuvre en Suisse devraient encore augmenter ces prochaines années.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Contenu externe

Vivre et travailler dans les montagnes grâce à Internet

Vivre et travailler dans les montagnes grâce à Internet

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.