Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Martin Vetterli dirigera l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) dès le 1er janvier 2017. Le Conseil fédéral l'a nommé mercredi pour un mandat de quatre ans. Il succédera à Patrick Aebischer qui aura passé seize ans à la tête de la haute école.

Martin Vetterli est un scientifique connu et reconnu internationalement qui a la capacité de diriger l'EPFL, a souligné devant les médias le conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann. Ce professeur à l'EPFL dispose d'un excellent réseau dans le domaine de la recherche et de l'innovation, nécessaire à sa tâche.

Martin Vetterli est en effet président du Conseil national de la recherche du Fonds national suisse. Mandat qu'il remettra à la fin de l'année, en même temps que son poste de professeur. Il profitera de cette année transitoire pour construire son équipe.

Le Neuchâtelois de 58 ans travaille à l'EPFL depuis 1995 dans le domaine des systèmes de communication et a été vice-président entre 2004 et 2011. Il a ensuite occupé le poste de doyen au sein de la faculté "Informatique et communication".

Lourd héritage

Cette nomination correspond à la recommandation du Conseil des EPF, à l'issue d'une sélection menée dans le monde entier. Ce sont pour ses qualités scientifiques et dirigeantes qu'il a été désigné, a précisé Fritz Schiesser, président du Conseil des EPF.

Car un défi de taille attend le scientifique: "Patrick Aebischer a transformé l'EPFL en une école internationalement reconnue. Martin Vetterli reçoit cet héritage qu'il devra maintenir. C'est une lourde responsabilité", a relevé le ministre de la formation et de la recherche. "Le succès n'est jamais entièrement acquis."

S'adressant aisément en français et en allemand à son auditoire, Martin Vetterli a assuré vouloir se battre pour conserver la place de l'EPFL.

La place de la science

Il a ensuite rappelé la place de la science pour répondre aux problèmes de la société et de l'économie, notamment liés aux questions environnementales et de développement durable. "C'est en temps de crise qu'un pays doit investir dans la formation", a-t-il lancé.

Il est aussi revenu sur l'avenir de la participation de la Suisse au programme de recherche européen Horizon 2020, garantie que jusqu'en février 2017. "La recherche vit des échanges internationaux. Il faut parler clairement, à un moment où nous risquons de perdre en attractivité si on est exclu d'Horizon 2020", a-t-il conclu.

Martin Vetterli a étudié à l'Université de Stanford aux Etats-Unis et a obtenu son doctorat à l'EPFL. Il a ensuite enseigné pendant dix ans aux Etats-Unis, entre autres à l’Université de Columbia à New York et à l’Université de Californie à Berkeley. Le professeur a reçu de nombreuses récompenses pour ses recherches.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS