«Le tourisme suisse doit se lancer dans les voyages last minute»

Keystone

Le nouveau patron de Suisse Tourisme compte beaucoup sur Internet pour relancer un secteur qui a perdu énormément de terrain. Selon lui, le client doit pouvoir faire ses réservations sur le Net.

Ce contenu a été publié le 19 août 2000 - 12:54

«Ce marché est intéressant pour la Suisse aussi», estime Jürg Schmid, le nouveau patron de Suisse Tourisme, qui a lancé en novembre dernier son site Internet «www.MySwitzerland.com». A partir de la mi-septembre, une plate-forme devrait proposer 100 à 150 offres «last minute».

Jürg Schmid l'a fait savoir dans une interview accordée au quotidien «Le Temps». Dans un deuxième temps, au moins 300 à 400 offres devraient être disponibles. Leur nombre dépendra de l'attitude des hôteliers qui alimenteront eux-mêmes le site, par téléphone ou via le réseau des réseaux.

Quant aux prix, ils ne devraient pas diminuer en haute saison. En basse saison, ils pourraient en revanche reculer d'au moins 15 pour cent. Aux yeux du patron de Suisse Tourisme, des prix cassés ne seraient pas plus attrayants, car «toute une frange de touristes ne viendrait de toute façon pas chez nous».

Evoquant les critiques formulées à l'égard du site de Suisse Tourisme par certains utilisateurs, Jürg Schmid indique qu'une nouvelle version sera disponible en décembre. Objectif visé: améliorer le confort de navigation et la rapidité d'un site que consultent quotidiennement entre 5000 et 10.000 internautes.

Interrogé sur les conséquences des mauvaises conditions météorologiques sur l'industrie touristique, le patron de Suisse Tourisme ne les juge pas «dramatiques». Selon Jürg Schmid, certains touristes, déçus par le temps, pourraient cependant choisir une autre destination pour l'été prochain.

swissinfo avec les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article