Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Archéologie militaire Ces blocs de béton qui deviennent une attraction

Pour la plupart des gens, le «Toblerone» est un chocolat suisse à la forme pyramidale rappelant le Cervin. Mais c’est aussi le nom d’un obstacle anti-char qui se rencontre encore fréquemment dans la campagne helvétique. Sous l’objectif de la photographe Gabi Vogt, il devient même presque un objet d’art. 

Face à la montée de la menace allemande, la Suisse a réalisé ces ouvrages défensifs dans les années 1930. La construction a également continué pendant la Guerre froide en prévision d’une invasion soviétique. Ces énormes blocs de bétons de 9 tonnes étaient conçus pour empêcher le passage des chars d’assaut et autres engins motorisés. 

Ce type de construction n’est pas propre à la Suisse. Aussi nommés «dents de dragons», ces ouvrages ont été utilisés sur différentes lignes de fortification de la Seconde Guerre mondiale, comme la ligne Maginot française ou la ligne Siegfried allemande. 

Aujourd’hui obsolètes et sans utilité militaire, ces ouvrages se rencontrent encore fréquemment dans le paysage. Ils peuvent même constituer une attraction touristique, comme le «Sentier des TobleronesLien externe», où plus de 2700 blocs s’étendent sur une dizaine de kilomètres du pied du Jura jusqu’au lac Léman. 

La photographe Gabi VogtLien externe a parcouru la campagne pour dresser le portrait de ces objets insolites qui se fondent désormais dans le paysage.

(Texte: Olivier Pauchard, swissinfo.ch)