Navigation

Fenêtre n°14: canton de Nidwald

Keystone / Urs Flueeler

Pour les critiques d’art, Arnold Odermatt est l’«outsider», le «facteur ChevalLien externe de la photographie», l’«artiste malgré lui», «un cas exotique et pittoresque».

Ce contenu a été publié le 14 décembre 2020 - 10:24

Il est vrai que le parcours du photographe est, à bien des égards, surprenant. Né en 1925 dans le canton de Nidwald, il est d’abord boulanger, avant d’entrer au service de la police. Passionné par la photographie depuis son plus jeune âge, il demande l’autorisation à ses supérieurs de documenter en images les accidents de voiture plutôt que par croquis, comme cela se faisait à l’époque.

De 1948 jusqu’à sa retraite dans les années 1990, Arnold OdermattLien externe va prendre des centaines de clichés d’accidents de la route, de coéquipiers dans l’exercice de leurs fonctions, de paysages et de sa famille. Il les développe pour compléter les rapports écrits qu’il dresse en tant qu’agent de police.

Treize secondes, c’est le temps dont Arnold Odermatt a besoin pour figer une scène. Et il se limite à une seule image par événement. Ce qui rend ces dernières si spéciales, ce sont leur composition. «Une succession de vues d’accidents où l’humour se substitue au drame, la composition à la documentation. Les lignes dessinées sur la route, retraçant les trajectoires réalisées par les voitures avant la collision, révèlent le sens aigu du cadrage et de la composition d’Odermatt», selon Le Palais de Tokyo, un centre d’art parisien.

Alors qu’Arnold Odermatt est déjà à la retraite, son fils Urs, lui-même metteur en scène et réalisateur, tombe sur des centaines de clichés dans la maison parentale et décide de les exposer. S’ensuit une présentation à la Biennale de Venise en 2001, point de départ du succès international du Suisse.

Retrouvez quotidiennement sur notre application 📱SWI plus📱 un résumé de l'actu et échangez entre vous et avec nous sur notre forum.
👉 AndroidLien externe
👉 iPhoneLien externe

End of insertion

Retrouvez dans cette galerie photo de nombreux exemples de son travail:


L'art dans tous ses états

Cette année, SWI swissinfo.ch a décidé de consacrer son calendrier de l’Avent au monde de la culture – et plus particulièrement de la culture suisse. Concerts annulés, musées fermés, représentations interdites… la crise du coronavirus a durement touché les artistes, tous domaines confondus.

Afin de les soutenir à notre manière et de vous permettre de découvrir leurs univers aussi magiques que variés, nous vous invitons à ouvrir quotidiennement une nouvelle fenêtre, qui dévoilera chaque jour une personnalité. Suivez-nous au gré du mois de décembre et rencontrez ici une rappeuse du Valais, là un danseur de Bâle, ici une écrivaine de Thurgovie, là un trompettiste de Fribourg…

End of insertion


Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.