Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Quand Fribourg s'intéresse à Procope de Gaza

Le professeur Jacques Schamp (assis) et son assistant le Dr Eugenio Amato.

(Université de Fribourg)

Il y a peu, deux hellénistes de l’Université de Fribourg ont découvert des textes littéraires grecs inconnus. Très rare, cette trouvaille a eu un écho international.

Ces textes nous en apprennent un peu plus sur une époque jusqu’ici souvent dédaignée des spécialistes, celle de l’Antiquité tardive.

La découverte a été réalisée par le professeur Jacques Schamp, responsable de la chaire de philologie classique de l’Université de Fribourg et par son assistant, le Dr Eugenio Amato.

Les textes les plus anciens datent des 5ème et 6ème siècles. Ils constituent un recueil de lettres échangées entre le sophiste et rhéteur chrétien Procope de Gaza (env. 465-529) et son élève, le jeune avocat Mégéthios, personnage jusqu’à présent inconnu.

Dans les bibliothèques

Les chercheurs ont reçu de l’argent du Fonds national de la recherche scientifique et de l’Université de Fribourg pour étudier et traduire des textes de Procope de Gaza. Pour ce faire, ils ont d’abord effectué une recherche sur les manuscrits relatifs à cet auteur.

Ces recherches ont permis de mettre la main sur des textes inédits appartenant aux fonds de la Bibliothèque Marciana de Venise et de la Bibliothèque Nationale de France. Une telle découverte est rare.

«On n’arrive presque plus à trouver des textes grecs inédits, surtout des textes littéraires, déclare Eugenio Amato. Les dernières découvertes dataient de 1810 et 1812.»

Mais même rares, des découvertes restent possibles. En effet, la période de l’Antiquité tardive n’a pas été aussi minutieusement fouillée que la période classique.

«Jusqu’à présent, la communauté scientifique a considéré la période tardive comme une époque du Moyen-âge et en avait une vision dépréciative, relève Eugenio Amato. C’est pour cela que personne ne s’était réellement lancé dans la recherche.»

«Je crois que si l’on continue dans ce type de recherche sur l’époque tardive, on arrivera peut-être à découvrir d’autres textes importants.»

Poser de nouvelles questions

Reste à savoir en quoi ces textes vieux de quelque 1500 ans sont importants pour les hellénistes. D’un point de vue linguistique, ils apportent de nouvelles connaissances sur des mots et des tournures propres à la langue grecque utilisée à l’époque de l’Antiquité tardive.

D’un point de vue historique, cette découverte permet d’en savoir un peu plus sur Procope de Gaza, chef de l’importante école rhétorique de Gaza. Grand connaisseur de la littérature d’Homère, le personnage a joué un rôle important dans la transmission du corpus biblique, en particulier de l’Ancien Testament.

L’échange entre Procope de Gaza et Mégéthios constitue par ailleurs un cas unique. «Il y a un véritable échange entre le maître et son élève, relève Jacques Schamp. C’est un cas pratiquement inconnu dans l’Antiquité. Généralement, ces correspondances sont toujours à sens unique; il n’y a jamais de réponse.»

Mais, finalement, le plus important dans cette découverte, c’est une ouverture de l’horizon des études du grec.

«Nous travaillons sur un corpus de textes relativement fermé, de sorte que cela contraint à brasser tout le temps les mêmes matières et par conséquent les mêmes problèmes», souligne Jacques Schamp.

«Or nous apportons un matériau jamais inventorié ni examiné. Il va de soi que cela permet d’élargir le monde ancien et de lui poser des questions qui jusqu’ici ne lui avaient pas été posées.»

Réseau international

Découvrir des nouveaux textes n’est pas tout. Ensuite, il faut encore procéder à un long travail de traduction et d’interprétation. Eugenio Amato s’est attelé à la tâche en mars dernier.

Pour saisir au mieux le contenu des inédits et comparer les traductions, l’Université de Fribourg travaille en réseau international, notamment avec l’Université de Göttingen (Allemagne), l’Université de Milan et la Fordham University de New York.

Eugenio Amato livrera bientôt le fruit de ce travail. Il publiera ces nouveaux textes de Procope de Gaza, traduits et commentés, dans la Byzantinische Zeitschrift (volume 98, tome 2, année 2005), le magazine spécialisé sur l’histoire et l’archéologique byzantine.

swissinfo, Olivier Pauchard

En bref

- Procope de Gaza a vécu au 6e siècle.

- Rhéteur et sophiste, il a passé presque toute sa vie dans sa ville natale de Gaza.

- Il a composé de nombreux commentaires de l’Ancien Testament et des traités de polémique contre la philosophie néo-platonicienne.

Fin de l'infobox

Mots clés

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.