Navigation

Davos et le triomphe d'Arno Del Curto

L'entraîneur Arno Del Curto (au centre) fêté par les siens à l'heure du triomphe. Keystone

Club le plus titré du pays, Davos est champion suisse de hockey sur glace après 17 ans de traversée du désert. Le début d'une nouvelle ère?

Ce contenu a été publié le 07 avril 2002 - 12:58

Les grandes équipes ne meurent jamais. Davos en a apporté la preuve, si besoin était, en décrochant sur la glace des ZSC Lions le 26e titre de son histoire, certainement l'un des plus mérités.

En 1984 et 1985, dirigés par le Suédois Dan Hober, les Grisons étaient sacrés par deux fois. Mais les années suivantes s'annonçaient difficiles. Perdant peu à peu de sa superbe, le fameux «HCD» dégringolait en LNB en 1989, et même en première ligue un an après.

Mais au contraire de son ancien rival cantonal Arosa qui n'allait plus jamais se remettre de ses problèmes sportifs et financiers, le HC Davos en profitait pour tout reconstruire. Un retour en LNA dès 1993 et une progression constante ramenaient le club sur le devant de la scène, atteignant même la finale du championnat en 1998. Mais Davos se sabordait alors dans les moments-clés, payant notamment un lourd tribut aux approximations de son gardien Nando Wieser.

Un sauveur venu de Saint-Moritz

C'est en 1996 que la pierre angulaire des succès futurs est posée dans la «cathédrale», surnom attribué à la patinoire grisonne. Alors président, Werner Kohler donne sa chance à Arno Del Curto, l'homme de Saint-Moritz.

Dès ce instant, l'entraîneur de Davos régnera en patriarche, occupant des fonctions et un rôle qui vont bien au-delà du statut de simple coach. Homme au tempérament bouillant, mais sachant dégager une véritable ligne de conduite et vanté pour ses qualités humaines, Arno Del Curto sera le bâtisseur des succès.

C'est lui qui fait progresser Michel Riesen et Reto von Arx, qui tenteront leur chance en NHL. C'est aussi lui qui les accueillera l'hiver passé, après leur échec outre-Atlantique. C'est lui qui fait confiance à Lars Weibel, le gardien qui cherchait un second souffle après avoir stagné à Lugano. Cette saison, Weibel fut le meilleur cerbère du pays.

Prophète en son pays

Emu samedi soir au Hallenstadion de Zurich (où il a aussi œuvré au début des années 90), Arno Del Curto est le premier entraîneur né en Suisse depuis quarante ans à mener une équipe au titre de champion suisse. Depuis 1962 et Bibi Torriani à la tête de Viège, plus aucun Helvète n'y était parvenu.

La domination de Davos cette saison fut édifiante. Que les Grisons aient étouffé en finale toute opposition des ZSC Lions ne fut que la cerise sur le gâteau. Vainqueurs sans coup férir du championnat régulier, vainqueur de la Coupe Spengler en décembre, s'appuyant sur un trio d'étrangers (Bohonos-Miller-Marha) de tout premier plan, Davos a logiquement pu brandir le fameux trophée bleu qui récompense le club numéro un du pays. Au résultat, Del Curto et ses hommes ont su ajouter le panache.

Jonathan Hirsch

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.