Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Les Suisses ont envie de consommer

La croissance économique favorise la consommation

(Keystone)

La reprise économique et la baisse du chômage dopent le moral des ménages suisses. L'indice du climat de consommation a atteint en juillet son plus haut niveau depuis 5 ans.

La forte croissance économique stimule également la création d'entreprises dont le nombre a bondi de 61,1 % par rapport au 1er semestre 2005.

Les trois indicateurs composant l'indice général de consommation n'ont pas tous évolué dans la même direction. C'est ce qui ressort du sondage trimestriel mené auprès de 1100 ménages par le Secrétariat d'Etat à l'économie (seco).

L'indicateur relatif à l'appréciation de la situation économique des douze derniers mois présente l'évolution la plus spectaculaire avec un bond de 19 points à +34.

Par contre, les ménages se montrent plus pessimistes concernant leur situation financière des douze derniers mois (de -2 à -7). L'appréciation portée sur leur budget futur, elle, a peu bougé (+7 à +10).

Les ménages helvétiques semblent ainsi suivre les dernières prévisions de croissance. Selon une étude de la banque centrale suisse (BNS) parue il y a un mois, la conjoncture helvétique présente une image «à peu près sans nuage». Et pratiquement toutes les branches de l'économie s'y déclarent «très satisfaites» de leurs affaires.

De son côté, l'indicateur de la consommation de UBS - la première banque suisse - affiche son plus haut niveau des cinq dernières années. Une bonne conjoncture qui rejaillit sur le front de l'emploi.

Le marché du travail est en effet resté vigoureux en Suisse en juillet, parvenant à absorber l'arrivée des jeunes diplômés sur le marché, le taux de chômage se stabilisant à 3,1%. En données corrigées des variations saisonnières, l'effectif des chômeurs a même diminué pour le onzième mois consécutif.

Quelques bémols

Malgré ce climat très favorable, les résultats des autres questions de l'enquête, non inclus dans le calcul de l'indice, apparaissent comme contrastés.

L'amélioration sur le front de la sécurité de l'emploi s'est poursuivie (-72 à -47), tout comme l'appréciation sur le développement économique des douze prochains mois (+19 à +25).

Toutefois, l'enquête du SECO n'a pas révélé de changement majeur concernant l'épargne et les gros achats. L'indice fluctue en dessous de sa tendance sur le long terme.

Le sondage du SECO montre que les ménages ont ressenti une légère hausse des prix, tant du côté de l'évolution durant les douze derniers mois (de +52 à +63) que pour celle des douze prochains (progression de +44 à +51). Ces deux sous-indices se situent cependant à de bas niveaux historiques.

Croissance des entreprises

Sans surprise, les statistiques par branches économiques de Creditreform (un institut de renseignements économiques et de recouvrement de créances) confirment la tendance.

Il ressort que, grâce à une conjoncture favorable, le nombre d'entreprises a progressé au premier semestre 2006 en Suisse. Alors que les nouvelles inscriptions ont crû de 1,3% à 17'335, le nombre de radiations a plongé de 13,6% à 11'838.

Résultat: la croissance nette, soit le nombre de nouvelles entreprises moins les radiations, s'est établi à 5'497 unités, bondissant de 61,1% par rapport au 1er semestre 2005. Les faillites ont, quant à elles, diminué de 4,6% à 2352.

Hausse des faillites

Confirmant le boom de la branche de la construction, la croissance nette des sociétés a explosé dans ce secteur de 147,1% à 1'260 unités, une valeur nettement supérieure à la moyenne helvétique.

A l'inverse, l'industrie représente le seul secteur affichant un recul, quoique léger (-1,8 % à 1'388), des nouvelles inscriptions.

Dans la branche des services, les nouvelles inscriptions ont stagné, ne s'étoffant que de 0,5% à 7'683. Dans le domaine de l'hôtellerie et de la restauration, les restaurants ont enregistré une croissance nette de 263 entreprises, 16,2% de moins qu'à fin juin 2005.

Pour le secteur des denrées alimentaires, boissons et tabac, la diminution des radiations a permis à la croissance nette de passer de 17 à 116 sociétés sur la période sous revue. Les procédures de faillites ont, elles, augmenté de 5%.

swissinfo et les agences

En bref

L'économie suisse a le vent en poupe. Au début de l'été, tous les indicateurs conjoncturels ont subit une correction vers le haut.

En juillet, UBS a publié un taux de croissance annuelle du PIB de 3'5% pour le second semestre 2006.

La Banque nationale suisse (BNS) prévoit une croissance de 2,5% pour cette année et de 1,5% pour 2007.

Fin de l'infobox


Liens

×