Navigation

Le FMI veut moraliser la finance mondiale

Les Panama Papers en toile de fond de la réunion de printemps du Fonds monétaire international et de la Banque mondiale. On a beaucoup parlé de transparence dans la fiscalité et des moyens d’y arriver, avec la création d’une plateforme fiscale mondiale.

Ce contenu a été publié le 18 avril 2016 - 08:42
swissinfo.ch avec la RTS (Téléjournal du 17 avril 2016)
Contenu externe


Bernard Bertossa, ancien procureur général du canton de Genève, avait fait de la lutte contre la fraude fiscale un de ses grands combats. Pour lui, les Panama Papers n’ont fait que révéler des mécanismes connus de longue date et la réaction du FMI est teintée de pas mal d’hypocrisie. Entretien.

Contenu externe


Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.