Navigation

Skiplink navigation

Les paysans de Suisse romande virent bio

Les agriculteurs romands rattrapent leur retard sur leurs confrères alémaniques. Depuis le début d’année, ils sont plus de 100 à vouloir se reconvertir.

Ce contenu a été publié le 05 avril 2017 - 15:49
swissinfo.ch/fb avec la RTS (Téléjournal du 04.04.2017)

En Suisse romande, le nombre de fermes converties à l'agriculture biologique a doublé en 2016, explique Le Temps. Cela représente 6144 producteurs à travers le pays, qui cultivent désormais 13,4% des surfaces agricoles. L'année dernière, ce sont 386 nouvelles exploitations qui se sont inscrites pour passer en bio, dont 112 en Suisse romande, le double par rapport à 2015.

Contenu externe

La grande distribution gagnante

L'engouement pour les produits bio profite surtout aux grands distributeurs, au détriment des magasins spécialisés, selon le Tages-Anzeiger. Migros a par exemple vu son chiffre d'affaires augmenter de 20% dans ce secteur en 2016.

Les produits bio représentent désormais 8,4% du marché, selon Le Temps de mercredi. Et depuis 2011, les ventes ont bondi de plus de 40%, selon la faîtière Bio Suisse citée par le Tages-Anzeiger.

Mais les magasins spécialisés, qui se fournissent chez les petits producteurs biologiques du pays, souffrent désormais du marketing offensif des géants de la grande distribution. Migros et Coop se partagent les 75% du marché du bio, précise Le Temps.

Sorti du statut de niche

Les petits magasins bio, qui avaient pourtant lancé la tendance dans les années 80, perdent du terrain depuis plusieurs années. Et en 2016, ils ont non seulement perdu des parts de marché, mais ont aussi vu leurs ventes baisser.

Plusieurs acteurs indépendants interrogés par le Tages-Anzeiger reconnaissent toutefois que la grande distribution a contribué à sortir le bio de son statut de produit de niche, et l'ont adapté à la production de masse.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article