Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

UBS renforce sa présence en France

Au 3e trimestre, UBS s'est retrouvée dans les chiffres rouges pour la 1re fois en 9 ans.

(Ex-press)

La première banque suisse rachète le groupe français Caisse Centrale de Réescompte (CCR) pour 435 millions d'euros (726 millions de francs).

Cette opération fait suite à une série d'acquisitions en Inde, en Corée du Sud et au Brésil.

La transaction avait déjà fait l'objet de rumeurs dans la presse financière. Elle devrait être finalisée au premier trimestre de 2008, sous réserve des approbations nécessaires, selon le communiqué.

Filiale de gestion de fortune et d'actifs de l'allemande Commerzbank, CCR gère 17 milliards d'euros d'actifs (juin 2007) à travers trois filiales, essentiellement axées sur les institutionnels.

La gestion collective est confiée à CCR Gestion, entité active dans les produits obligataires et alternatifs, et à CCR Actions, spécialisée dans les fonds en actions. CCR Chevrillon-Philippe est l'entité de gestion de fortune du groupe. Au total, CCR emploie quelque 190 personnes.

Croissance en France

Cette acquisition fait suite à une série de rachats du numéro un bancaire suisse en Inde, en Corée et au Brésil. CCR sera intégrée aux activités de gestion d'actifs institutionnels et privés de l'UBS en France. «La nouvelle entité va renforcer la présence de l'UBS en France et souligner son engagement sur le marché européen», précise le communiqué.

Pour Commerzbank, la vente de CCR s'inscrit dans la stratégie de la banque, qui se défait progressivement de toutes ses activités de gestion d'actifs hors Allemagne.

La somme que versera l'UBS se compose de deux éléments: 275 millions d'euros pour racheter l'entier du capital de CCR et une somme d'environ 160 millions pour le capital en excès attendu du groupe à la clôture de la transaction.

Le prix d'achat est sujet à certaines corrections et à certains critères liés à la performance, ajoute l'UBS.

Premières pertes depuis neuf ans

Après avoir affiché un bénéfice record de 5,6 milliards de francs au deuxième trimestre de 2007, UBS a perdu des plumes dans la crise des «subprimes» aux Etats-Unis. Au troisième trimestre, le numéro un de la place financière suisse table sur une perte de 600 à 800 millions de francs, suite à des amortissements d'environ 4 milliards de francs aux Etats-Unis.

Globalement, le résultat net du groupe pour les neuf premiers mois de 2007 est de l'ordre de 10 milliards de francs. «Nous prévoyons de terminer l'année avec un bon niveau de bénéfice et une solide base de capital», avait souligné le patron du groupe Marcel Rohner.

Avec la perte au 3e trimestre, c'est la première fois depuis neuf ans qu'UBS affiche des chiffres rouges. Les problèmes rencontrés par la banque vont coûter 1500 emplois d'ici fin 2007 dans la division banque d'investissement.

swissinfo et les agences

En bref

UBS est la plus grande banque de Suisse et la 7e du monde en termes de capitalisation boursière.

Elle est née en 1998 de la fusion des anciennes Société de banques suisses et Union de banque suisse.

Elle emploie environ 80'000 collaborateurs dans le monde, dont 26'000 en Suisse.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.