L'écologie entre en Bourse

Avec la lutte contre la déforestation, la production de bois écologique a été encouragée. Precious Woods

Une première à la Bourse suisse: Precious Woods, société active dans le négoce de bois tropicaux, prouve qu'écologie et profit ne sont pas toujours en contradiction.

Ce contenu a été publié le 18 mars 2002 - 14:06

Pionnière du commerce écologique de bois tropicaux, Precious Woods fait son entrée en Bourse ce lundi. Elle entend élargir le nombre de ses actionnaires, qui sont déjà plus de 600, en Suisse, mais aussi en Italie, en Allemagne et ailleurs.

Toutefois, il s'agit à 90% d'institutions suisses. Comme la Caisse de pension des employés du canton de Zurich - qui détient 16% du capital - la Bâloise (8%), Swiss Re (8%) ou encore la Confédération (2%).

Un marché en pleine expansion

Avec ses filiales brésiliennes et costa-ricaines, les recettes de Precious Woods ont atteint dix millions et demi de dollars (18 millions de francs suisses) en 2001, en hausse de 54% par rapport à l'année précédente.

Et la société prévoit une forte croissance pour ces prochaines années. Raison principale: les bois précieux écologiques sont de plus en plus demandés, selon Andres Gut, président du conseil d'administration de Precious Woods.

«Aujourd'hui, celui qui ne propose pas un bois avec certification écologique est pénalisé, parce qu'il ne réussit pas à vendre son produit aux clients les plus intéressants», poursuit Andres Gut, qui cite l'exemple de Home Depot, la plus grande chaîne 'do-it-yourself' au monde, mais aussi Ikea et Migros.

Pionniers au Brésil et au Costa Rica

Le prix des bois écolo est légèrement plus élevé sur le marché international, en particulier en Europe. Par contre, dans les pays asiatiques comme la Chine ou les Philippines, ce principe n'est pas encore accepté. «Mais ces marchés ne sont pas forcément les plus attrayants», ajoute Andres Gut.

«Quand nous avons débuté au Brésil, les autres commerçants de bois précieux ne nous prenaient pas au sérieux. Par contre, nous avons immédiatement obtenu la reconnaissance des autorités, poursuit Andres Gut. Puis, avec la lutte contre la déforestation, la production de bois certifié écolo a été encouragée.»

Pour protéger la forêt, Precious Woods coupe uniquement quatre ou cinq arbres par hectare. Et elle retourne dans la même zone seulement 20 ans plus tard. Enfin, la société se soucie tout particulièrement de la bio-diversité.

Ouverture en hausse

Au Brésil, la déforestation liée à la vente de bois tropicaux a considérablement diminué ces dernières années. Grâce surtout à l'action de Greenpeace et d'autres organisations écologistes.

«Ces jours-ci précisément, nous négocions pour reprendre une entreprise malaisienne qui a été contrainte à la fermeture et à la liquidation parce qu'elle ne prévoyait aucun programme de reboisement, explique Andres Gut. De plus, ses fonds étaient plutôt douteux, pour ne pas dire illégaux!»

Lundi, le titre de Precious Woods s'est donc échangé pour la première fois sur le segment principal de la Bourse suisse (SPI). Peu après l'ouverture du marché, l'action cotait à 61 francs, soit 1 franc de plus que le prix d'émission.

swissinfo/Raffaella Rossello

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article