La Chine, qui contrôle étroitement le cours de sa monnaie, l'a laissée de nouveau chuter mardi face au dollar. Quelques heures plus tôt, les Etats-Unis avaient accusé Pékin de manipuler sa devise.

La banque centrale chinoise a fixé pour la journée de mardi le taux pivot du yuan à 6,9683 pour un dollar, en repli de 0,66% par rapport à lundi. Il s'agit de son niveau le plus bas depuis mai 2008.

Sur le marché des changes, le taux du yuan restait cependant globalement stable à 7,0946 face au dollar peu avant 10h15 (04h15 en Suisse). Lundi, la devise a franchi le seuil symbolique des 7 yuans pour un dollar, son niveau le plus bas depuis 11 ans.

La nouvelle, vue comme une escalade dans la guerre commerciale entre les deux premières économies mondiales, a provoqué une chute généralisée des places financières en Asie, en Europe et finalement aux Etats-Unis. Les marchés soupçonnent Pékin de vouloir engager une guerre des monnaies afin de soutenir ses exportations.

Pas "une dévaluation concurrentielle"

La baisse du taux pivot, de part et d'autre duquel la banque centrale autorise sa devise à évoluer de plus ou moins 2%, est, ce mardi, deux fois plus forte que la baisse enregistrée entre vendredi et lundi (-0,33%).

La Chine "ne s'engagera pas dans une dévaluation concurrentielle" et "n'utilisera pas le taux de change (...) pour faire face aux troubles extérieurs comme les différends commerciaux", a assuré lundi le gouverneur de la banque centrale chinoise, Yi Gang, dans un communiqué.

Lorsqu'une monnaie perd de sa valeur, les produits libellés dans cette devise voient leurs prix diminuer pour les acheteurs munis d'autres monnaies, ce qui favorise les exportations et pourrait atténuer le coût des surtaxes douanières du président américain Donald Trump.

Sans surprise, le milliardaire républicain a dénoncé dans un tweet une "manipulation de la monnaie". "Cette violation majeure affaiblira considérablement la Chine avec le temps", a-t-il ajouté. De son côté, le secrétaire américain au trésor Steven Mnuchin a officiellement accusé Pékin lundi de manipuler sa monnaie.

La décision chinoise fait suite à la menace de Donald Trump d'imposer des droits de douane supplémentaires à la quasi-totalité des importations chinoises à compter du 1er septembre malgré la reprise de négociations commerciales de haut niveau entre Washington et Pékin, qui étaient au point mort depuis le printemps.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.