Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Quel que soit le talent de la Chine, ses efforts ne vont pas produire d'effet pratique parce que cela dépend des deux principaux protagonistes", a lancé l'ambassadeur de Chine aux Nations unies, Liu Jieyi à des reporters au siège new-yorkais de l'organisation internationale (archives).

KEYSTONE/AP/BEBETO MATTHEWS

(sda-ats)

La Chine a renvoyé les Etats-Unis et la Corée du Nord dos à dos lundi en affirmant que les deux pays doivent être les principaux artisans d'une détente, pas Pékin.

Quel que soit le talent de la Chine, ses efforts ne vont pas produire d'effet pratique parce que cela dépend des deux principaux protagonistes", a lancé l'ambassadeur de Chine aux Nations unies, Liu Jieyi à des reporters au siège new-yorkais de l'organisation internationale.

"Ils (les Etats-Unis et la Corée du Nord) ont la responsabilité en premier lieu de faire avancer les choses et de les faire avancer dans la bonne direction, pas la Chine", a-t-il insisté au cours d'une conférence de presse.

La déclaration de l'ambassadeur vient en réponse aux propos de sa collègue américaine Nikki Haley. Cette dernière avait fait part de son impatience sur Twitter après plusieurs semaines de discussions avec la Chine pour imposer de nouvelles sanctions à la Corée du Nord.

Sur le même réseau social, le président Donald Trump s'était lui laissé aller à la colère envers Pékin. "Je suis très déçu par la Chine. Nos stupides anciens dirigeants l'ont laissée engranger des milliards de dollars par an, pourtant ils ne font RIEN pour nous avec la Corée du Nord, hormis parler", avait écrit M. Trump. "Nous ne permettrons plus que cela continue. La Chine pourrait facilement résoudre ce problème!", avait-il ajouté.

Les Etats-Unis misent sur la Chine, le premier partenaire commercial de Pyongyang et le seul allié du régime, pour tenter de convaincre Kim Jong-Un d'abandonner ses ambitions nucléaires.

Obstacles techniques

Lundi un expert américain a estimé que la Corée du Nord pourrait déployer un missile balistique inter-continental (ICBM)capable d'emporter une ogive nucléaire et de toucher les Etats-Unis l'année prochaine. Il affirme que Pyongyang a toutefois encore des obstacles techniques à franchir d'ici là.

La vitesse à laquelle la Corée du Nord a développé son programme balistique alarme la communauté internationale, d'autant plus que son leader Kim Jong-Un a récemment affirmé que son pays avait réussi deux tirs de missile balistique inter-continental ce mois-ci.

Le premier de ces tirs, que Kim Jong-Un avait qualifié de "cadeau" à ces "salauds d'Américains", a montré que le missile avait une portée suffisante pour toucher l'Alaska. Le second tir, réussi la semaine dernière, aurait pu frapper la côte ouest des Etats-Unis, selon des experts, voire même la côte est.

Mais, selon Michael Elleman, expert en questions de sécurité à l'Institut international d'études stratégiques (IISS), l'engin contenant l'ogive n'a pas réussi son entrée dans l'atmosphère depuis l'espace. "Il s'est sûrement désintégré", a-t-il expliqué.

Pour formuler cette analyse, Michael Elleman s'appuie sur une vidéo tournée au Japon et montrant un objet tombant du ciel, à une altitude de quatre à dix kilomètres. Les ogives ont besoin d'un bouclier protecteur avant de pénétrer l'atmosphère, sans quoi elles peuvent se consumer sous l'effet de la chaleur provoquée par la friction de l'air.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS