Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

La Suisse irrite Israël

Les opérations militaires israéliennes dans la Bande de Gaza sont dénoncées.

(Keystone)

Les opérations militaires dans la bande du Gaza constituent une violation du droit international humanitaire, a dénoncé la Suisse lundi, provoquant l'ire de l'Etat hébreu.

L'ambassadeur d'Israël en Suisse répète à swissinfo que son gouvernement considère ces critiques comme étant «clairement déséquilibrées».

«Nous respectons la position du gouvernement suisse, mais nous ne sommes pas d'accord. Cette manière de voir les choses est clairement déséquilibrée», déclare à swissinfo Aviv Shir-On, ambassadeur d'Israël en Suisse, en réaction au communiqué diffusé lundi par le ministère des Affaires étrangères.

Emue par l'offensive de Tsahal sur la bande de Gaza, la diplomatie suisse avait réagi assez vivement, dénonçant notamment une «punition collective de la population, interdite par le droit humanitaire».

Le communiqué dénonce également la destruction par les forces armées israélienne de la centrale électrique qui alimentait près de la moitié de la bande de Gaza, et dont la mise hors service prive 700'000 personnes de courant, et partiellement d'eau, puisque les pompes ne fonctionnent plus.

«Elus... comme Hitler»

D'autre part, la diplomatie suisse juge que «l'attaque contre le bureau du Premier Ministre palestinien et l'arrestation arbitraire d'un grand nombre de représentants du peuple et de ministres démocratiquement élus ne sauraient se justifier».

Démocratiquement élus, l'ambassadeur israélien ne conteste pas que ces hommes l'aient été. «Mais le Hamas est un mouvement terroriste, reconnu comme tel non seulement par Israël, mais aussi par les Etats-Unis et par L'Union européenne», ajoute Aviv Shir-On.

Pour lui, même élus démocratiquement, ces gens «restent des terroristes». Et d'ajouter qu'«Adolf Hitler aussi a commencé par être élu démocratiquement».

Une crise humanitaire...

Loin de ces considérations, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a été le premier à lancer, dès vendredi dernier, un appel aux deux parties pour que le droit international humanitaire soit respecté et les populations civiles épargnées.

Et comme les Affaires étrangères lundi, le CICR s'adressait également aux ravisseurs du soldat israélien, dont l'enlèvement a motivé cette offensive, pour qu'ils traitent leur jeune prisonnier avec «humanité» et «respect de sa dignité».

Et mardi, c'est la Commission de politique extérieure du Conseil des Etats (Chambe haute du parlement suisse) qui se dit «indignée par l'indifférence générale que suscite la situation catastrophique en Palestine, tant sur le plan humanitaire que sur le plan politique».

Interviewée le même jour par la Radio alémanique DRS, Micheline Calmy-Rey a répété qu'elle n'admettait pas cette pratique de punition collective. La ministre des Affaires étrangères juge «horribles» les conditions dans lesquelles doivent vivre les habitants de la bande de Gaza.

Le mois dernier, la DDC, l'agence publique suisse d'aide et de coopération au développement avait déjà débloqué un montant d'un million de francs pour l'achat de médicaments. Un deuxième million sera maintenant affecté à l'approvisionnement de la population en denrées de première nécessité.
Et un expert envoyé sur place veille au bon déroulement des opérations humanitaires.

... mais pas de crise diplomatique

Les réactions du monde politique suisse ne marquent pas pour autant le début d'une crise diplomatique entre Berne et Tel-Aviv.

Pour l'ambassadeur Aviv Shir-On, les relations entre la Suisse et Israël «sont suffisamment bonnes et suffisamment fortes pour qu'elles ne souffrent pas de cette affaire».

swissinfo

Le droit international humanitaire

- Est un ensemble de règles qui visent à limiter les effets des conflits armés sur les humains.

- Ce droit repose notamment sur les Conventions de Genève datant de 1949 qui protègent les civils ainsi que les soldats blessés, malades ou prisonniers. Il repose également sur les Conventions de La Haye qui établissent des règles dans la conduite de la guerre.

- Basé en Suisse, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) est le promoteur et le garant du droit international humanitaire.

Fin de l'infobox


Liens

×