Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Le rendez-vous raté des élections sri lankaises

Des militaires en patrouille à Little Jaffna, avant les élections.

Ce samedi 8 août, les populations de Jaffna et Vavuniya sont invitées à se rendre aux urnes. Organiser des élections dans ces deux hauts lieux de la rébellion tamoule était pour le gouvernement un moyen de montrer au monde entier que la paix était revenue au Sri Lanka. Raté...

Depuis des mois, les autorités Sri Lankaises l'annonçaient: elles tiendraient des élections libres et démocratiques, moins de trois mois après la fin de la guerre civile. Les journalistes étrangers seraient conviés pour témoigner des progrès faits dans les anciens fiefs des Tigres tamouls.

Pour ce vote, Colombo avait choisi deux villes symboles: Jaffna, surnommée la 'capitale des Tamouls', la cité où a eu lieu la première attaque armée du LTTE en 1983, et Vavuniya, la commune au cœur de l'île, où sont placés les principaux camps de déplacés, abritant encore près de 300'000 personnes.

Mais à moins d'une semaine du scrutin, revirement total: aucun média étranger ne sera autorisé à mettre le pied dans l'une des deux villes clés. Seule explication du responsable presse de l'armée: «Le gouvernement en a décidé ainsi». Sous-entendu: les frères Rajapaksa, à la tête du pays – Mahinda, le président et Gotabhaya, son frère cadet, le Ministre de la défense - ont décidé qu'on ne parlerait pas de ce vote.

Des groupes paramilitaires

Il faut dire que ces élections - les premières depuis plus de dix ans dans cette région anciennement tenue par les Tigres Tamouls - ne s'annoncent pas comme le plébiscite espéré par Colombo. Du coup, le gouvernement chercherait à étouffer l'opposition: Pressions physiques, corruption, disparition de bulletins... Les accusations contre les candidats soutenus par le gouvernement sont nombreuses. «Ces jours cis, à Jaffna, on voit plein de gangs de jeunes en moto, et des groupes armés. Ils empêchent les autres partis politiques de faire campagne», raconte Veerasingham Anandasangaree, l'un des principaux candidats tamouls au poste de maire.

Parmi les dérives recensées, le parti politique soutenu par le gouvernement a affirmé que si les électeurs votaient pour lui, leurs proches seraient libérés des camps de déplacés. Construits à la hâte par l'armée dans les dernières semaines des combats, ils accueillent encore 300'000 réfugiés tamouls. Interdiction pour eux de sortir tant que l'armée soupçonnera des membres du LTTE de se cacher parmi les civils.

Cette annonce démagogique a donc provoqué un mouvement de foule: les gens se sont précipités au siège du parti pour retirer les documents où ils devaient inscrire le nom des personnes à libérer. Certains formulaires se sont même revendus au marché noir. «C'est triste de voir les politiciens manipuler le désespoir des gens...», commentait l'opposition tamoule.

Timing précipité

Surtout, beaucoup se posent la question de la pertinence d'élections organisées aussi rapidement: dans la seule ville de Jaffna, plus de 30% des habitants manqueraient à l'appel. Chaque famille s'est retrouvée séparée par la guerre. Les plus chanceux ont fui les combats et se sont réfugiés en Inde ou en Europe. Mais 45'000 d'entre eux se sont fait happer par l'avancée de la guerre et sont bloqués dans les fameux «camps de déplacés».

«Il n'y avait aucune raison pour que ce vote ait lieu maintenant, sinon pour plaire à la communauté internationale, explique Paikiasothy Saravanamuttu, le directeur du Centre d'Observation sur le violence électorale. Le gouvernement voulait absolument pouvoir répondre aux critiques en disant: 'Regardez, nous avons lancé un processus démocratique'. La réalité, c'est que les conditions de sécurité ne sont pas réunies pour des élections équitables.» D'ailleurs, les équipes de cet ONG indépendante n'ont pas obtenu l'autorisation de se rendre à Vavuniya, à proximité des camps, pour suivre le déroulement du scrutin.

Ces élections sont une «farce du gouvernement», estime Shiva Thambipillai du Forum Tamouls Suisse. «Tous les quatre ans, un nouveau président prend le pouvoir au Sri Lanka, et tous les quatre ans, c'est pareil: il place un ou deux tamouls comme ministres, histoire de faire croire qu'il veut aider la minorité ethnique. Mais la vie des tamouls ne s'améliore pas. Avec ce vote, ça va être la même chose: il ne va rien apporter au peuple tamoul.»

Dans une ambiance morose

A 'Little Jaffna', le quartier tamoul de Colombo, l'ambiance est morose. Le quartier est encadré de casernes et de check points, les patrouilles de militaires et policiers - kalachnikov en bandoulière - permanentes. Dans les hôtels bon marché, les candidats à l'exil attendent discrètement qu'une ambassade étrangère leur octroie un visa. Difficile de gagner leur confiance pour qu'ils témoignent: tout le monde a peur des rafles et des arrestations arbitraires.

«Au Sri Lanka, il n'y a pas de sécurité quand on est tamoul: au moindre soupçon qu'on pourrait avoir un lien avec les rebelles, les policiers ou les soldats peuvent nous arrêter, explique Jayampathi, un fonctionnaire à la retraite. Parfois, ils viennent et embarquent quelqu'un dans une camionnette et on reste sans nouvelles de lui pendant des mois.»

Jayampathi a quitté Jaffna il y a neuf mois, avec sa femme et ses deux enfants. Depuis, ils attendant dans une chambre sans fenêtres un hypothétique visa de l'Union Européenne pour que leur fils de 21 ans puisse partir en Grande-Bretagne. Malgré la fin de la guerre, c'est toujours en dehors du Sri Lanka, que ce tamoul voit l'avenir de ses enfants.

Clémentine Mercier, Jaffna, swissinfo.ch

LA DIASPORA TAMOULE EN SUISSE

Suisse. La communauté tamoule de Suisse compte plus de 40'000 personnes.

Naturalisés. Près de 15'000 d'entre eux ont adopté la nationalité suisse.

Berne. La majorité des Tamouls vit en Suisse allemande, principalement dans le canton de Berne.

Vaud. La Suisse romande compte près de 8000 Tamouls, dont 3000 dans le canton de Vaud.

Vagues. Les plus grandes vagues de réfugiés tamouls remontent aux années 80.

Augmentation. Depuis le début de cette année, les demandes d'asile émanant de citoyens du Sri Lanka sont en augmentation. En quatre mois, le nombre de requêtes s'élève à 587

OSAR. Selon l'Organisation suisse d'aide aux réfugiés (OSAR), le nombre de requêtes avait déjà doublé en 2008: 1262 demandes d'asile avaient alors été déposées (contre 636 demandes en 2007).

Déboutés. Seuls 170 requérants avaient pu obtenir l'asile en 2008, ainsi que 192 admissions provisoires.

Fin de l'infobox

LES GRANDES DATES DU CONFLIT

1972: Création des Nouveaux tigres tamouls (TNT) par Velupillaï Prabhakaran, qui deviennent les Tigres de libération de l'Eelam tamoul (LTTE) en 1976.

1987: Accord entre New Delhi et Colombo pour mettre un terme au séparatisme tamoul. L'Inde déploie des troupes au Sri Lanka. Les troupes indiennes se retirent en 1990.

1990: Les LTTE reprennent leur guérilla, après 14 mois de négociations.

1991: Le Premier ministre indien Rajiv Gandhi est assassiné dans un attentat suicide attribué aux LTTE.

1993: Assassinat du président sri lankais Ranasinghe Premadasa dans un attentat suicide des LTTE.

2002: Entrée en vigueur d'un cessez-le-feu sous l'égide de la Norvège.

2005: Election du président nationaliste Mahinda Rajapakse, partisan de la manière forte.

2006: Echec des négociations de paix à Genève.

2009: Défaite militaire de la rébellion séparatiste tamoule, qui met fin à près de 30 ans de guerre qui auront fait plus de 70'000 morts.

Fin de l'infobox
(swissinfo.ch)


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.








Rejoignez notre page Facebook en français!

×