Navigation

L'évolution des sexes au travail depuis 1970

Homme sage-femme, femme électricienne: masculins ou féminins, les stéréotypes professionnels restent tenaces en Suisse. Tour d'horizon en graphiques sur l'évolution, ou la stagnation, en un demi-siècle de la ségrégation de genre dans le monde du travail en Suisse.

Ce contenu a été publié le 07 mai 2018 - 11:00

Le modèle familial bourgeois traditionnel, où monsieur travaille et madame garde les enfants, a longtemps persisté en Suisse. Le pays n'ayant pas connu les conflits mondiaux du XXème siècle, le travail féminin n'a pas été poussé pour pallier le manque de travailleurs partis à la guerre. 

Aujourd'hui, de nombreux hommes et femmes pratiquent la même profession, mais de nombreux métiers demeurent des bastions masculins ou féminins. Le graphique ci-dessous illustre ce phénomène et montre la représentation hommes/femmes des 30 emplois les plus répandus en Suisse en 2016.


Contenu externe

Femmes, loins des fourneaux?

En 1970, les femmes ne représentaient qu'un tiers de la population active. Aujourd'hui, elles y sont plus de 46%. Elles gardent majoritairement leur emploi une fois mères, mais le plus souvent à temps partiel. 

Contenu externe

Changement de sexe majoritaire

swissinfo.ch a passé au crible les données de plus de 500 professions portant sur près de 50 années afin d'établir les métiers ayant connu les plus grands renversements de majorité de genre. 

Contenu externe
Contenu externe

La ségrégration des genres reste tenace

Si de nombreuses professions se sont diversifiées en moins de 50 ans. La ségrégation de genre professionnelle demeure très répandue. Une étude du Fonds national suisse de 2013 a placé la Suisse au sommet de la ségrégation de genre professionnel en comparaison internationale.

Le graphique ci-dessous montre des exemples de professions les plus fortement sexuées.

Contenu externe

Cette situation est problématique, notamment pour ce qui est de l'égalité salariale hommes-femmes. Les métiers typiquement féminins comme les tâches de soins ou l'éducation des enfants jouissent d'un statut social inférieur, offrent peu de chances de carrière et sont faiblement rémunérés.

En outre, des secteurs d'activité fortement sexués souffrant d'une pénurie de main-d'oeuvre qualifiée profiteraient d'une ségrégation moins marquée.

Contenu externe

Vous pouvez suivre l’auteur sur Twitter @duc_qnLien externe

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.