Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Le Tour de Romandie est déjà entré dans l'ère Marc Biver

Marc Biver (à droite) a démenti certaines rumeurs.

(Keystone Archive)

A peine l'homme d'affaires neuchâtelois Marc Biver a-t-il reçu le feu vert pour organiser le Tour de Romandie qu'il tient conférence de presse. Histoire de dépassionner le débat qui a présidé à cette décision de l'Union cycliste internationale.

Mardi en début de soirée, la Fondation Arc-en-Ciel (FAC) de l'Union cycliste internationale (UCI) désigne IMG - Suisse comme organisateur du Tour de Romandie pour les dix prochaines années.

Marc Biver, patron d'IMG, réagit au quart de tour. Mercredi matin, il donne une conférence de presse. «Je crois qu'il est nécessaire de remettre les choses dans un contexte moins passionné et moins passionnel», explique-t-il en guise d'introduction.

Son discours veut rassurer les gens et démentir certaines rumeurs qui se sont répandues ces derniers jours. D'emblée, le patron d'IMG affirme que son directeur Yves Mita et son équipe ont déjà entamé la préparation de l'édition 2002. Budget prévisionnel: deux millions de francs, soit un de moins que celui de DPO pour l'édition qui vient de s'achever.

«Cet après-midi déjà, nous allons contacter les principaux responsables de secteurs de l'actuelle organisation du Tour de Romandie et les principaux collaborateurs. Le but est de les inviter à découvrir ce qu'est la société IMG - Suisse et de leur présenter notre façon de voir pour le futur, pour les inviter à collaborer», souligne Marc Biver. Les villes étapes du Tour 2002 qui avaient déjà signé avec DPO seront également contactées.

En outre, Marc Biver a déjà pris contact avec certains gros sponsors actuels afin de connaître leur position. Selon Radio Suisse Romande - La Première, le nouveau et principal sponsor, l'horloger haut de gamme Quinting, ainsi que la Télévision Suisse Romande et le quotidien Le Matin sont prêts à poursuivre leur collaboration.

IMG est déjà détenteur des droits du Tour de Suisse - il appartient à la Fédération cycliste suisse (FCS) - n'y a-t-il pas un risque d'osmose entre les deux tours nationaux? «Non!, assure, Marc Biver. Les deux tours doivent absolument garder leur caractère et leur identité propres. Ce qui n'empêche pas que l'infrastructure technique du Tour de Suisse soit mise à disposition du Tour de Romandie.»

Reste une petite phrase du patron d'IMG: «si le sponsor principal - je ne le connais pas aujourd'hui - désire absolument avoir sa couleur propre sur le maillot de leader, il n'est pas exclu d'accéder à sa requête». Ce qui signifierait la première perte d'identité du Tour de Romandie. Ce maillot vert, comme le maillot jaune du Tour de France, appartient à la culture du cyclisme.

Mais on n'en est pas encore là. Marc Biver tient également au vert, et il ne le changera pas - s'il change - sans l'autorisation de la Fondation du cyclisme romand (FCR), propriétaire du Tour de Romandie.

Daniel Perroud et sa société DPO sont donc sur la touche. Mais on verra peut-être le Genevois rebondir... Comme consultant de Quinting pour le Tour de Romandie. Pascal Berclaz, directeur de la manufacture horlogère, l'a déjà laissé entendre. Pour autant, évidemment, que Quinting trouve un terrain d'entente avec IMG.

Pierre-Henri Bonvin, Hauterive

×