Logitech au top des cent meilleures sociétés cotées

swissinfo.ch

Selon le classement établi par Bilan, le fabricant romand de périphériques pour ordinateurs est l'entreprise suisse la plus dynamique.

Ce contenu a été publié le 25 juin 2002 - 13:12

Publié dans le numéro de juillet/août de Bilan et de son pendant alémanique Bilanz, le palmarès 2002 place la société biomédicale Synthes-Stratec et le transporteur Kühne & Nagel en deuxième et troisième position.

Fait intéressant, on relève dans ce même classement, les chutes spectaculaires de certaines sociétés prestigieuses. Comme celle de la banque Rotschild qui passe du second rang en 2001 au 92e cette année, en raison de l'effondrement de son bénéfice.

Julius Bär en chute libre

La chute est encore plus dramatique pour la banque Julius Bär. Encore sur la plus haute marche du podium l'an passé, elle figure à la 152e place en 2002. Et ne figure donc plus au top 100.

Dans le secteur industriel, plusieurs sociétés ont été lourdement pénalisées par la chute de leurs bénéfices. A l'instar du fabricant de composants électroniques Schaffner (du 22e au 116e rang), des machines Netstal (du 18e au 163e) ou du leader mondial de machines pour la confection de câbles Komax (du 26e au 111e).

Handicapées par des cours boursiers défavorables, les sociétés de la nouvelle économie font, elles également, grise mine. Parmi celles qui sont cotées sur le Nouveau Marché (Swiss New Market), seul le groupe financier Swissfirst garde une certaine stabilité en ne reculant que de la 17e à la 22e place.

La lanterne rouge à Think Tools

En revanche, les titres du secteur de la biotechnologie dégringolent. La société de télémédecine Card Guard passe du 8e rang au 205e. Elle est suivie de près par l'entreprise pharmaceutique Actelion et par Biomarin (206e et 208e position).

Sur les 254 sociétés cotées prises en compte par Bilan, la lanterne rouge revient à Think Tools. La société de développement informatique perd 160 places en un an et apparaît désormais tout en bas du classement.

Les médias alémaniques boivent la tasse. Au 40e rang l'an passé, la Neue Zürcher Zeitung se retrouve à la 192e place et Tamedia à la 186e place. En revanche, le groupe romand Edipresse remonte de la 139e à la 90e place.

Huit critères de performances

Le classement établi par le magazine économique prend 254 sociétés en considération. Il repose sur huit critères mesurant les performances des entreprises sur le court et le moyen terme.

Parmi ceux-ci figurent notamment le rendement global, la croissance du chiffre d'affaires et du bénéfice ainsi que le rendement des fonds propres et l'évolution boursière des titres.

Le rating ne met pas uniquement en évidence des performances purement financières. Les sociétés qui figurent au top 100 des entreprises suisses cotées ont également un impact macroéconomique considérable.

Ainsi, entre 1998 et 2001, les 100 sociétés qui figurent au classement ont créé au total 68 574 emplois, soit quelque 60 nouveaux postes par jour.

swissinfo avec les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article