Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Mondial: défaite amère de la Suisse face au Chili

L'expulsion de Valon Behrami a été le tournant de la rencontre face au Chili.

(Reuters)

Réduite à dix dès la demi-heure de jeu, la Suisse s’est inclinée lors de son deuxième match du Mondial face au Chili à Port Elizabeth (1-0). La sélection d'Ottmar Hitzfeld devra remporter son dernier duel de groupe face au Honduras pour atteindre les huitièmes de finale.

Le deuxième match du Mondial 2010 en Afrique du Sud laissera un goût amer à l’équipe de Suisse. Après l’exploit réalisé mercredi dernier face aux champions d’Europe espagnols (victoire 1-0), les Suisses espéraient poursuivre sur leur belle lancée et faire un grand pas vers les huitièmes de finale du tournoi sud-africain.

Ils ont, hélas, dû déchanter, s’inclinant 1-0 face au Chili, désormais en tête du groupe H avec deux succès en autant de matches. L’expulsion de Valon Behrami à la 32e minute a été le tournant de la rencontre. Le milieu de terrain a fait les frais de l’arbitrage tatillon du Saoudien Al Ghamdi, qui a sorti un carton rouge et 8 cartons jaunes sur l’ensemble de la rencontre.

Un combat inégal

Dans un combat inégal à onze contre dix, les Suisses ont longtemps résisté avant de céder sur une tête de Gonzalez à la 75e minute. Un but pourtant entaché d’un hors-jeu au départ de l’action. A la fin de la rencontre et malgré la nette domination chilienne, les joueurs et le staff helvétique ont exprimé leur fort mécontentement face à la performance du trio arbitral.

«Valon Behrami n’a clairement pas frappé, la comédie du Chilien n’a absolument rien à voir avec le football», a ainsi fustigé Ottmar Hitzfeld.

Malgré cette défaite face au Chili, la Suisse garde son destin en mains, puisqu'une victoire 2-0 face au Honduras vendredi à Bloemfontain lui ouvrira quel que soit le résultat du match Chili-Espagne les portes des huitièmes de finale. Victorieuse 2-0 du Honduras en soirée, l'Espagne devra pour sa part battre le Chili si elle veut être assurée de poursuivre son aventure sud-africaine. En cas de victoire du Chili, la Suisse pourra se contenter d'un match nul face au Honduras pour passer devant l'Espagne.

Les choix d’Hitzfeld

Pour ce match face au Chili et considérant l’adage qui veut qu’on ne change pas une équipe qui gagne, beaucoup voyaient Ottmar Hitzfeld reconduire l’équipe victorieuse de l’Espagne en ouverture du Mondial. Mais l’entraîneur allemand de la «Nati» a décidé de faire confiance à Alex Frei et Valon Behrami, tous deux remis de blessure, et de laisser Eren Derdiyok et Tranquillo Barnetta sur le banc.

Un choix qui sera remis en cause par Khalil Ibrahim al Ghamdi. En expulsant Behrami après une demi-heure de jeu, l’arbitre saoudien a contrecarré les plans du technicien allemand, contraint dans la foulée de sortir Alexander Frei pour le remplacer par Tranquillo Barnetta, afin de combler le vide laissé sur le flanc droit.

A l’attaque!

Dès le début de la rencontre, les Chiliens ont montré leurs intentions, courant et pressant énormément afin d’empêcher les Suisses de développer leur jeu offensif. Dirigée par l’Argentin Marcelo Bielsa, surnommé «El Loco» - le fou – , doté du statut de Dieu vivant depuis qu’il a propulsé son équipe au deuxième rang des qualifications de la zone Amérique du Sud, la sélection chilienne n’est pas adepte des calculs footballistiques.

Inconditionnel du jeu ultra-offensif, en mouvement, avec une équipe évoluant dans un complexe et inédit 3-1-3-3, Marcelo Bielsa ne jure que par l’attaque à outrance, quitte à laisser des espaces en défense. La Suisse était donc prévenue et a plutôt bien résisté en début de partie, même si elle ne s’est pas montrée aussi compacte que face à l’Espagne.

Les Chiliens ont ainsi été les premiers à se montrer dangereux. A la 10e, Diego Benaglio a repoussé coup sur coup deux tirs puissants 25 mètres de Vidal et Carmona. Outre quelques accélérations sur le côté droit, les Chiliens ont toutefois eu de la peine à se procurer des occasions franches. Tout comme l’équipe de Suisse d’ailleurs, qui hormis une tête de Grichting (27e) consécutive à un coup-franc et une alerte (29e) de Nkufo dans une défense peu sereine sur le coup, n’a jamais inquiété le gardien chilien.

Expulsion fatale

Le tournant du match est survenu peu après la demi-heure de jeu. Dans un duel physique avec Vidal, Behrami joue des bras pour conserver le ballon. Le Chilien s’écroule en se tenant le visage et l’arbitre sort son carton rouge devant un banc suisse fou de rage.

Dès lors, profitant de sa supériorité numérique, le Chili prend l’ascendant sur le jeu, obligeant les Suisses à reculer encore d’un cran. A la reprise, la Suisse a de plus en plus de difficultés à résister à la furia de la «Roja». Suite à un mauvais contrôle de Grichting (55e), Sanchez se retrouve seul face à Benaglio, qui effectue une nouvelle parade décisive. La Suisse n’agit plus que par contre-attaques et atteint la 67e minute sans avoir encaissé de but.

La «Nati» entre ainsi dans l’histoire de la Coupe du monde en battant le record d’invincibilité détenu jusqu’alors par l’Italie, qui n’avait pas encaissé de but durant 550 minutes entre le 17 juin 1986 et le 3 juillet 1990.

Un record anecdotique

Ce record restera finalement anecdotique, puisque le Chili a enfin trouvé la faille dans la défense suisse à la 75e. Sur un centre de Paredes, pourtant en position de hors-jeu au départ du ballon, Gonzalez ouvre le score de la tête et libère son équipe. Le Chili bénéficiera encore de franches occasions d’aggraver le score, mais comme face au Honduras, il devra finalement se contenter d’une victoire étriquée.

Un succès qui aurait d’ailleurs pu échapper aux Chiliens, si la Suisse n’avait pas galvaudé une énorme occasion – sa première du match – à la 90e. Suite à une superbe séquence sur le flanc gauche, Bunjaku, entré en cours de match, talonne pour Derdiyok qui se retrouve en position idéale. Hélas pour la Suisse, l’attaquant de Leverkusen rate le cadre, empêchant son équipe d’empocher un point qui aurait quasiment tenu du miracle au vu des circonstances et du déroulement de la rencontre.

Samuel Jaberg, swissinfo.ch

Mondial, Groupe H

SUISSE - CHILI 0-1 (0-0)

Nelson Mandela Bay Stadium: 34 872 spectateurs.

Arbitre: Al Ghamdi (Arabie Saoudite).

But: 75e Gonzalez 0-1.

Suisse: Benaglio; Lichtsteiner, Von Bergen, Grichting, Ziegler; Behrami, Huggel, Inler, Fernandes (77e Bunjaku); Frei (42e Barnetta); Nkufo (68e Derdiyok).

Chili: Bravo; Medel, Ponce, Jara; Isla, Carmona, Vidal (46e aldivia); Fernandez (64e Paredes); Sanchez, Suazo (46e Gonzalez),
Beausejour.

Notes: la Suisse sans Senderos, blessé. 48e : but de Sanchez annulé pour hors-jeu. Expulsion: 31e Behrami. Avertissements: 2e Suazo. 18e Nkufo. 22e Carmona. 25e Ponce. 48e Barnetta. 59e Inler. 59e Fernandez. 61e Medel. 92e Valdivia.

ESPAGNE-HONDURAS 2-0 (1-0)
17'/51'Villa.


Classement
1. Chili 2 2 0 0 2- 0 6
2. Espagne 2 1 0 1 2-1 3
3. Suisse 2 1 0 1 1- 1 3
4. Honduras 2 0 0 2 0- 3 0

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.