Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

200 ans du Rigi La petite montagne qui fascinait les géants

Il s'élève certes deux fois moins haut que les sommets les plus imposants des Alpes suisses, mais le Rigi a toujours attiré des personnalités célèbres. De l'écrivain Mark Twain au peintre JMW Turner en passant par le compositeur Richard Wagner, nombreux sont ceux qui ont vanté sa beauté. 

La reine Victoria en personne a été emmenée au sommet du Rigi, qui culmine à 1798 mètres d'altitude. Dans un chapitre de son journal consacré à sa visite de 1868, elle aurait apparemment écrit ces quelques mots: «Nous nous sommes divertis».

Le 6 août 1816, soit il y a 200 ans, une auberge a été ouverte au sommet du Rigi, la première du genre sur une montagne suisse. Le John Murray Handbook, considéré comme la bible des livres de voyage européens du XIXe siècle, écrivait que le Rigi n'était pas spécialement haut, mais qu'il était «situé dans un endroit magnifique, avec une vue spectaculaire dans toutes les directions».

Le développement des infrastructures est allé de pair avec la notoriété croissante de la montagne. En 1871, une ligne de chemin de fer à crémaillière a été construire pour emmener les touristes à son sommet. 

Au cours des dernières décennies, la notorité du Rigi a dépassé les frontières de l'Europe. Les touristes en provenance d'autres continents, parmi eux de nombreux Chinois, sont toujours plus nombreux à s'y rendre. L'an dernier, la société qui gère le chemin de fer du Rigi a mis sur pied des trains spéciaux destinés aux visiteurs asiatiques.

Selon des informations parues dans la presse suisse mais non confirmées par la compagnie de chemin de fer locale, l'origine de ces trains spéciaux serait également liée au fait que de nombreux voyageurs suisses se sont plaints de la mauvaise éducation et de la grossiéreté des touristes chinois.  

(Texte: Dale Bechtel, traduction de l'anglais: Samuel Jaberg)