Nouvelle campagne pour intéresser les filles aux métiers masculins

Les filles sont encore trop rares à se lancer dans un métier "masculin". Keystone

Donner goût aux jeunes filles à exercer des métiers traditionnellement masculins en accompagnant leur père au travail: tel est le but de la campagne «Journée des filles», lancée dimanche par la Conférence suisse des déléguées à l'égalité.

Ce contenu a été publié le 02 septembre 2001 - 14:53

Cette campagne, qui dure jusqu'au 30 novembre, s'inscrit dans le cadre du projet «16+» pour les places d'apprentissage. Il s'inspire d'opérations similaires aux Etats-Unis et en Allemagne, indique la Conférence des délégués. Le projet «16+» a été créé suite à l'arrêté fédéral sur les places d'apprentissage.

Métiers ignorés

Trois filles sur quatre choisissent de faire un apprentissage de bureau, de vente ou jetent leur dévolu sur l'hôtellerie, la restauration la cosmétique ou les soins. Les métiers typiquement masculins les rebutent. Les apprenties ne sont par exemple que 6% dans la menuiserie.

A l'adolescence, de nombreuses filles se mettent à douter de leurs aptitudes, jusqu'à les perdre complètement. Alors que jusqu'à 14 ans, leurs résultats en maths sont similaires à ceux des garçons, souligne la Conférence des déléguées à l'égalité.

La «Journée des filles» vise à élargir le choix professionnel des adolescentes à des métiers qu'elles ignorent souvent. Elle ambitionne de renforcer la confiance des jeunes filles en elles-mêmes par le dialogue avec leur père sur leur avenir. Dès 2002, cette journée aura lieu le deuxième jeudi de novembre.

swissinfo avec les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article