Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

La Suisse veut protéger son Gruyère

Fabriqué sur sol suisse ou français, le Gruyère doit être protégé en Europe.

(Keystone)

Le Gruyère doit être reconnu par une Appellation d'origine protégée (AOP). La Suisse a déposé une demande officielle à Bruxelles en espérant mieux protéger l'un de ses plus célèbres fromages.

Récemment, Paris a effectué une démarché similaire pour que le Gruyère fabriqué en France soit protégé au niveau européen.

La Mission suisse auprès de l'Union européenne (UE) a transmis à la Commission européenne une demande d'enregistrement du Gruyère comme AOP (équivalent européen de l'AOC) dans le registre communautaire. C'est ce qu'a annoncé lundi l'Office fédéral de l'agriculture (OFAG).

De manière générale, la Suisse s'engage déjà pour la protection réciproque de l'ensemble des AOP et IGP (Indication Géographique Protégée) agricoles avec l'UE.

Récemment, le gouvernement français a effectué les démarches pour que le Gruyère soit également protégé au niveau européen. Les deux gouvernements ayant reconnu l'homonymie de cette dénomination, la Suisse se devait alors de déposer une démarche parallèle auprès de l'UE.

Une démarche coordonnée

L'Interprofession du Gruyère, en collaboration avec l'OFAG, a précisé que les deux demandes étaient à traiter simultanément mais sous réserve d'un accord de reconnaissance mutuelle global. Les autorités françaises ont également demandé le traitement simultané des deux dossiers.

«Par une démarche coordonnée, nous désirons obtenir une solution commune aux deux pays», a déclaré Jacques Chavaz, directeur de l'OFAG. Le fait que la France ait déposé sa demande avant la Suisse n'est pas du tout anormal au vu de la pratique européenne.

Lundi, la commission européenne ne désirait pas s'exprimer concrètement sur le sujet. Son porte-parole a, par contre, expliqué que la procédure prévoyait un traitement séparé des deux demandes. Il a enfin indiqué que celle-ci devait durer plusieurs mois.

Gruyère et Gruyère

Des fromages similaires au Gruyère original sont fabriqués depuis longtemps dans une région française limitrophe de la Suisse, communique l'Office fédéral de l'agriculture (OFAG) lundi.

Si du côté helvétique, une AOP a été obtenue en 2001, le Gruyère français la possède depuis le début de l'année.

C'est en 1951 et suite à la Convention de Stresa que cette dénomination commune a été adoptée. Le cahier des charges pour la production du Gruyère diffère cependant. Du lait cru est utilisé dans les deux cas mais le Gruyère suisse, à l'inverse du français, ne possède ppas de trous.

swissinfo et les agences

En bref

Le marché du fromage est totalement libéralisé depuis le 1er juin 2007 entre la Suisse et l'Union européenne.

Pour favoriser la reconnaissance et la protection des produits agricoles suisses, la Suisse a introduit ces dernières années des AOC et IGP.

L'Appellation d'origine contrôlée (AOC) garantit que toute la production se fait dans une même région géographique avec des matières premières de cette région, comme le Gruyère.

L'Indication géographique protégée (IGP) atteste qu'au moins une étape de production se fait dans une région géographique définie. La matière première peut provenir de l'étranger, comme pour la viande des Grisons.

La Suisse compte 21 spécialités AOC ou IGP. Elles sont protégées dans le pays mais leur reconnaissance au niveau européen est faible.

Fin de l'infobox


Liens

×