Le gouvernement accepte le départ de Roland Nef

Lors de sa première réunion après la pause estivale, le gouvernement suisse a entériné mercredi la démission du chef de l'armée Roland Nef. Celui-ci recevra une indemnité de départ de 275'000 francs.

Ce contenu a été publié le 20 août 2008 - 15:22

Le gouvernement a résilié le contrat de travail au 28 février 2009 en respectant un délai de résiliation de six mois. Jusqu'à cette date, Roland Nef restera délié de ses fonctions de chef de l'armée. Il garde son grade de commandant de corps et sera incorporé à l'armée à titre de militaire surnuméraire.

Roland Nef a été suspendu voici un mois, suite à la révélation par la presse qu'une plainte pénale était en cours contre lui lors de sa nomination. Il aurait en effet harcelé son ex-amie après leur rupture et répondu en son nom à des annonces à caractère sexuel.

«Cette démission est regrettable, mais il s'agit d'un accident comme on en connaît dans les administrations», a commenté le président de la Confédération Pascal Couchepin. Le gouvernement entend néanmoins tirer les conséquences et améliorer les procédures de nomination des hauts cadres à l'avenir.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article