Navigation

Pas de vote électronique à Neuchâtel et Fribourg le 19 mai

Denis Morel, responsable de E-Voting Swiss Post AG, à gauche, au côté de René Lenzin, directeur adjoint de la communication à la Chancellerie fédérale, le 25 février dernier. © Keystone / Peter Klaunzer

Le système de vote électronique de la Poste ne sera pas utilisé dans quatre cantons pour les votations du 19 mai prochain. Une nouvelle faille a été mise en évidence par un groupe d'experts en informatique. Pour l’Organisation des Suisses de l’étranger, c’est un nouveau coup dur pour les expatriés qui souhaitent voter.

Ce contenu a été publié le 29 mars 2019 - 16:35
swissinfo.ch/fb et l'ATS

L’Organisation des Suisses de l’étranger (OSE) est consternée par cette décision qui touche les cantons de Bâle-Ville, Fribourg, Neuchâtel et Thurgovie pour les prochaines votations fédérales. «Les premières victimes sont les Suisses de l'étranger, qui sont privés de ce canal de vote, déclare à swissinfo.ch Ariane Rustichelli, directrice de l'OSE. Nous ne devons pas oublier que pour une très grande partie d'entre eux, c'est le seul moyen d'exercer leurs droits politiques.»

L’OSE n'en reconnaît pas moins que la sécurité du système dot être garantie. Elle entend discuter avec les différents acteurs concernés, dont la Chancellerie fédérale, pour savoir comment les choses évolueront.


Dans un communiquéLien externe, la Poste précise suspendre «l’exploitation de son système de vote électronique pour une durée déterminée. Des experts en informatique d’envergure internationale ont décelé une erreur critique dans le code source. Ils ont été en mesure de démontrer que cette faille pouvait être exploitée pour manipuler des suffrages sans que cela puisse être prouvé.»

La Chancellerie fédérale juge logique la décision de l'ancienne régie fédérale. La faille affecte la vérifiabilité individuelle, qui permet au votant de vérifier que son vote est enregistré correctement. Or il s'agit d'un élément-clé du système actuel de la Poste, utilisé depuis 2016 par les quatre cantons.

Le système de vote électronique du canton de Genève, qui ne présente pas cette faille, a quant à lui été autorisé pour la votation du 19 mai. Il est utilisé dans cinq autres cantons (Argovie, Berne, Genève, Lucerne, Saint-Gall, Vaud), préciseLien externe la Chancellerie fédérale.

Le nouveau système de vote électronique de la Poste a fait l’objet d’un test public d’intrusion du 25 février au 24 mars. Plus de 3000 pirates du monde entier y ont pris part. Aucune manipulation de suffrage n’a été détectée dans l’urne à l’issue du test, selon la Poste.

Les pirates ne sont pas parvenus à s’introduire dans le système de vote électronique. Les tentatives d’attaque par déni de service ont échoué. Au total, les pirates ont soumis 173 constats. La Chancellerie fédérale, les cantons et la Poste en ont confirmé seize, qui ont été classés «non critiques».

La Poste intégrera ces enseignements dans le développement de son nouveau système de vote électronique. La Chancellerie fédérale fera aussi le point de la situation. Selon son porte-parole René Lenzin, la nouvelle faille n'a pas été découverte lors d'une intrusion par des pirates, mais a été mise en évidence par le groupe d'experts en informatique.

Deux autres failles avaient déjà été rendues publiques, la dernière ce lundi, par les partisans d'un moratoire sur le vote électronique. Une initiative vient d'être lancée pour l'interdire au moins jusqu'à ce qu'il soit autant protégé contre des manipulations que le vote traditionnel à l'urne.


Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.