Navigation

Roche tente l'aventure au Vietnam

Keystone Archive

Pour la première fois, le groupe pharmaceutique suisse investit au Vietnam. Il ouvre une usine de produits alimentaires vitaminés pour animaux.

Ce contenu a été publié le 01 mai 2002 - 16:33

Le Vietnam restait l'un des rares pays d'Asie où Roche n'affichait pas encore une présence industrielle. Aujourd'hui, il réalise un premier investissement relativement modeste: un million de dollars dans une usine qui produira des farines vitaminées pour animaux.

L'usine dotée de la technologie la plus moderne sera installée dans le parc industriel Vietnam-Singapour de la province de Bin Duong. 20% de sa production sera exportée vers d'autres pays de la région Asie-Pacifique.

Un ballon d'essai

Pour Roche, ce premier investissement au Vietnam sert de ballon d'essai. Le régime communiste s'entrouvre aux investissements étrangers.

Mais à l'exemple de la Chine il y a une vingtaine d'années, il n'apporte pas à des multinationales comme le groupe pharmaceutique suisse toutes les garanties nécessaires pour la protection de leurs investissements.

Roche ne peut pas pour autant négliger un marché de 75 millions de consommateurs potentiels. D'autant qu'il cherche par tous les moyens à retrouver son rang parmi les dix plus grands groupes pharmaceutiques de la planète.

Assurer sa prospérité future

Il a été rétrogradé à la douzième place faute de disposer de nouveaux produits-phares. Entre-temps, son rival bâlois Novartis a pris une participation de 21% dans son capital.

Roche compte beaucoup sur l'Asie pour retrouver toute sa prééminence. Il dépend, déjà, d'elle, pour plus de 20% de son chiffre d'affaires global de 29,1 milliards de francs en 2001.

Le Japon demeure son marché le plus profitable. Celui-ci est appelé à servir de moteur de sa croissance en Extrême-Orient. Encore plus depuis la fusion de sa filiale japonaise avec Chugai Pharmaceuticals, l'une des sociétés nippones de biotechnologies les plus prometteuses.

Mais en accédant au Vietnam, tout en renforçant sa présence en Chine et en Inde, Roche signale que ces pays émergents seront ceux qui, d'ici 20 ou 30 ans, lui assureront sa prospérité future.

swissinfo/Georges Baumgartner à Tokyo

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.