Navigation

Voici la première voiture de sport électrique suisse

La Piëch Mark Zero, voiture de sport électrique. Piëch Automotive

Son père Ferdinand a dirigé Volkswagen. Désormais, Anton Piëch veut donner un nouveau tour à son nom. Au Salon de Genève, il présente son prototype électrique Piëch Mark Zero, la première sportive à deux places de marque suisse.

Ce contenu a été publié le 03 mars 2019 - 15:00
swissinfo.ch

Anton Piëch a, comme on dit, de la benzine dans le sang. Il est un des fils de l’ancien patron de WV Ferdinand Piëch et donc arrière-petit-fils de Ferdinand Porsche, père de pratiquement toute l’industrie automobile allemande.

Mais avec son entreprise, Anton Piëch se détourne des carburants fossiles et joue – pour l’essentiel – la carte de la mobilité douce. Piëch AutomotiveLien externe, avec son siège à Zurich et à Munich, est encore toute jeune. L’entreprise fondée en 2016 par Anton Piëch et Rea Stark Rajcic emploie une vingtaine de collaborateurs, mais travaille aussi avec des partenaires externes de renom. En tout, près de 200 personnes sont impliquées dans le projet et la première voiture, un modèle électrique de sport, va être présentée au Salon de Genève.


En rouge, la Mark Zero a aussi la classe. Piëch Automotive

Avec son nom, Piëch fait les gros titres. Sa voiture s’est même retrouvée en couverture du magazine officiel du Salon de l’Auto. Émergeant d’un drapeau suisse, flanquée de ses deux concepteurs, elle est fièrement présentée comme produit «swiss made». Le SalonLien externe se tient du 7 au 17 mars dans les halles de Palexpo, à côté de l’aéroport de Genève.

Rester flexible

La Mark Zero que Piëch et ses partenaires présentent à Genève est un prototype à deux places, qui doit peser moins de 1800 kilos et disposer d’une autonomie de 500 kilomètres avec une seule charge de batterie.


La Piëch vue de derrière. Piëch Automotive

L’idée derrière cette voiture de sport n’est pourtant pas d’en faire un véhicule purement électrique. Les deux constructeurs comptent plutôt que leur modèle offrira une plateforme pour tous les types de propulsion possibles: hybride, pile à combustible, ou aussi essence. Selon le magazine du Salon de l’Auto, la plateforme doit également être proposée à des développeurs externes et à des constructeurs automobiles.

Par contre, la conduite autonome, qui est un enjeu majeur pour le géant Tesla, est encore de la musique d’avenir pour la Mark Zero, même si l’architecture du véhicule la permettrait. Mais cela sera pour les modèles ultérieurs.


Les deux constructeurs Rea Stark Rajcic (à gauche) et Anton Piëch. piëch

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.