Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Energies renouvelables La transition énergétique attire le grand public

Enfant et adulte lors d'un atelier de bricolage.

Pour attirer le grand-public, les responsables d'Energissima ont notamment prévu des ateliers pour les enfants.

(energissima.)

Quelque 6200 personnes se sont rendues ce week-end à Energissima, à Bulle (canton de Fribourg). Ce salon des solutions énergétiques et technologiques durables prouve qu’il existe bel et bien un intérêt du grand public pour les nouvelles énergies. Il permet aussi de faire le point sur les grandes tendances du moment. 

Le salon EnergissimaLien externe revient de loin. Créé en 2007, il avait dû fermer ses portes suite à l’édition 2013, qui n’avait attiré que 2300 visiteurs. Il ne s’adressait alors plus qu’aux professionnels. «Ce fut une erreur stratégique», reconnaît aujourd’hui son créateur Pierre Schwaller. Le marché était trop petit et n’avait pas vraiment besoin d’un tel salon. 

Une situation «complètement différente» 

Relancé cette année, Energissima a réussi à retrouver la voie du succès. Cette réussite s’explique en partie par le fait d’avoir renoué avec le grand-public. Les organisateurs ont d’ailleurs tout fait pour attirer les familles, notamment avec 50 animations et 20 ateliers pour enfants. 

Mais le succès s’explique aussi par une situation très différente par rapport aux débuts de la manifestation. «Jamais les enjeux liés aux énergies renouvelables et à la transition énergétique n'ont été aussi présents... et pressants», expliquait Béat Kunz, président du Salon, lors de la conférence de presse de présentation de la manifestation. 

Une analyse que confirme Pierre Schwaller. «Au lancement du Salon, en 2007, c’était le début de la transition énergétique. Aujourd’hui, en 2018, c’est complètement différent», a-t-il indiqué sur les ondes de la télévision publique suisse (RTS).

L’acceptation par le peuple, il y a pratiquement un an, de la Stratégie énergétique 2050 – qui confirme la sortie du nucléaire et le recours accru aux énergies renouvelables – ne peut en effet que dynamiser le secteur.

Parmi les exposants, on confirme que le marché est dynamique. C’est le cas de Claude Jobin, qui était l’un des cinq pionniers à proposer des installations solaires en Suisse dans les années 1980. «Il y a désormais beaucoup de concurrence, mais le potentiel a vraiment augmenté. A l’époque, nous traitions dix installations par année, contre 560 installations l’an dernier», a-t-il indiqué sur les ondes de la RTS.

Le bâtiment, secteur porteur

Un salon comme Energissima permet aussi de faire le point sur les grandes tendances du moment en matière d’énergies renouvelables.

«Notre priorité, c’est clairement la rénovation et l’intégration des énergies nouvelles dans le bâtiment. C’est vraiment le point fort. La Transition énergétique 2050 ayant été acceptée l’an dernier, on peut maintenant aller de l’avant, avec l’appui de la Confédération et des cantons.»

A l'heure actuelle, les bâtiments consomment près de la moitié de l'énergie primaire en Suisse, à raison de 30% pour le chauffage, la climatisation et l'eau chaude sanitaire, 14% pour l'électricité, et environ 6% pour la construction et l'entretien, signale l’Office fédéral de l’environnement.

L’énergie solaire reste l’une des énergies renouvelables les plus connues du public. Et pour elle aussi, Energissima permet de faire le point sur les grandes tendances du moment.

«La grande tendance aujourd’hui est que le solaire a migré du thermique au photovoltaïque. Avec le photovoltaïque, les gens veulent du stockage. Donc ici, on parle beaucoup des applications futures du stockage», commente Claude Jobin.


Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.