Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Moins de piqûres en vue pour les diabétiques

Les chercheurs de l'EPFZ ont développé un appareil permettant de dépister le diabète de type 1 en analysant l'haleine d'un homme. Le capteur n'est qu'au stade de prototype, mais il pourrait dans le futur épargner aux diabétiques les piqûres aux bouts des doigts pour contrôler leur glycémie.

Le capteur mesure dans l'haleine la concentration d'acétone, qui est plus élevée chez les diabétiques de type 1, a annoncé jeudi l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ). Environ 30'000 personnes souffrent en Suisse de cette maladie, où le système immunitaire détruit peu à peu la production d'insuline dans le corps.

L'instrument, développé par une équipe dirigée par Sotiris Pratsinis de l'Institut de génie chimique, est si précis qu'il arrive à déceler la tenue en acétone dans l'air à partir de 20 ppb (partie par milliard). Les êtres humains en bonne santé expirent quelques 900 ppb d'acétone, un chiffre qui double chez les diabétiques.

L'appareil n'est pour l'heure qu'un prototype. «Nous cherchons actuellement un partenaire de la branche médicale, pour le développer en un instrument de mesure à utiliser au quotidien», indique le professeur Pratsinis. Les diabétiques pourraient ainsi contrôler leur propre glycémie (taux de sucre dans le sang) de façon moins compliquée que la piqûre quotidienne aux bouts des doigts.

Le professeur Pratsinis espère que ce capteur pourra également être utilisé pour dépister dans l'haleine d'autres maladies. Selon le communiqué, ces méthodes de dépistage vont devenir de plus en plus importantes, car une analyse de l'haleine est rapide, peu coûteuse et simple à appliquer.

swissinfo.ch et les agences


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×