Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Vent de concurrence dans le sauvetage aérien

Le Touring Club Suisse est de plus en plus actif dans le sauvetage aérien.

Le Touring Club Suisse est de plus en plus actif dans le sauvetage aérien.

Le Touring Club Suisse (TCS) lance un service d’ambulance aéroporté pour ramener les blessés à la maison. La Garde aérienne suisse de sauvetage (Rega), qui est membre de la Croix-Rouge, juge cette nouvelle offre superflue.

Le TCS a tout récemment annoncé son partenariat avec Alpine Air Ambulance (AAA), une entreprise basée à Zurich. Le TCS possède 49% des actions de cette société, ce qui lui donne accès à trois hélicoptères ainsi qu’à deux ambulances. Et en cas de besoin, AAA possède aussi une flotte de trois avions.

«Nous fournissons un transport depuis n’importe quel point du globe vers un hôpital en Suisse, déclare Stephan Müller, porte-parole du TCS. Nous fournissons ce service depuis plus de 50 ans. Le fait d’avoir plusieurs partenaires n’est pas nouveau.»

L’un de ces partenaires est la Rega. Cette fondation à but non lucratif propose des sauvetages par hélicoptère ou par avion depuis une soixantaine d’années. Elle est la plus connue du pays dans ce domaine. Un sondage avait même montré que la Rega était l’entreprise la plus appréciée des Suisses.

«Mardi, nous avons rendu notre coopération avec AAA publique et la Rega est un peu nerveuse. Je tiens à confirmer que celle-ci demeure notre partenaire, mais la compétition n’est pas toujours appréciée», souligne Stephan Müller.

Chef de la communication de la Rega, Sascha Hardegger nie le fait que la Rega soit nerveuse: «Nous sommes heureux de voler pour le TCS. Mais le nombre de vols effectués pour le compte du TCS a déjà diminué de 75% depuis 2009, de sorte que nous ne sommes pas réellement inquiets», précise-t-il.

Deux fois plus de capacités

La Rega est cependant sceptique quant à la nécessité de la nouvelle offre. «Vu que la Rega fournit déjà ces services pour les gens qui vivent en Suisse et ceux qui voyagent à l’étranger, ce nouveau service n’est pas véritablement nécessaire, estime Sascha Hardegger. Cela double en fait les capacités déjà existantes et ce n’est pas vraiment ce que la Suisse attendait.»

La Rega exploite 17 hélicoptères en Suisse et trois jets ambulances dédiés aux missions d’urgence médicale. «Nous sommes pleinement capables de couvrir le monde entier et je pense que ces capacités satisfont les demandes et les besoins de la Suisse et de sa population», juge Sascha Hardegger.

En plus de proposer des transferts entre hôpitaux et des vols de rapatriement médicaux vers la Suisse, la Rega est également spécialisée dans le sauvetage de victimes sur des scènes d’accident, souvent dans des zones montagneuses difficiles à atteindre. En revanche, le TCS organise des transferts entre hôpitaux et des rapatriements, mais pas de missions de secours.

La question est maintenant de savoir si la nouvelle coopération entre le TCS et AAA va effectivement créer une concurrence pour la Rega. «Il y a évidemment une pression sur les prix, répond Stephan Müller. Peut-être la Rega va-t-elle proposer ses services à des prix plus bas.»

Lucratif?

Le rapatriement constitue un business avec un certain nombre d’acteurs internationaux comme Tyrol Air Ambulance, Luxembourg Air Rescue ou encore DRF Luftrettung (Allemagne). Quant à savoir dans quelle mesure ce business est lucratif, Stephan Müller répond: «Les vols de rapatriement sont coûteux. Vous avez les dépenses pour les hélicoptères ou les avions, le kérosène, les taxes d’atterrissage et l’équipage qui est dans un constant état d’alerte.»

Le porte-parole estime cependant que le TCS pourrait réduire ses coûts grâce à son nouveau partenaire AAA. «Notre budget n’est pas plus bas, mais avec la même somme, nous pouvons fournir davantage de vols pour nos membres», déclare-t-il.

Sur ses 1,6 million de membres, le TCS en compte 700'000 qui ont souscrit à son service d’intervention médicale, lequel fournit une aide en cas de maladie ou d’accident pendant un voyage. Pour cette année 2011, son centre d’appel de Genève a jusqu’à présent géré 8000 demandes et organisé 650 rapatriements. En comparaison, la Rega compte plus de 2 millions de donateurs et a effectué environ 14'000 missions en 2010.

«La différence essentielle entre la Rega et le TCS est que le TCS offre un service à ses clients, qui ont aussi une assurance à l’intérieur du groupe TCS, tandis que la Rega est une organisation à but non lucratif qui offre un service public à tous les habitants de Suisse. Vous ne pouvez pas vraiment comparer ces deux systèmes», juge Sascha Hardegger.

En tout cas, l’Organisation suisse des patients salue la nouvelle offre du TCS. «Il y aura ainsi des prix différents et les patients pourront décider qui les ramène en Suisse en cas d’urgence», a déclaré sa présidente Margrit Kessler dans le journal gratuit alémanique 20 Minuten.

Rega

Fondée en 1952, la Garde aérienne suisse (Rega) est soutenue et financée par environ 2,3 millions de donateurs.

Cette fondation privée à but non lucratif est soumise à la surveillance du gouvernement. Les contributions des donateurs couvrent plus de la moitié de son budget annuel.

En 2010, la Rega a effectué 13'726 missions en Suisse et dans les pays voisins.

Fin de l'infobox

TCS

Le Touring Club Suisse est une association d’automobilistes qui compte 1,6 million de membres.

Parmi les différents services proposés à ses membres, on compte des cours de conduite, des assurances, le dépannage ou encore des tests comparatifs.

Le TCS intervient également en politique pour tout ce qui concerne la politique de transports.

Environ 700'000 membres du TCS ont souscrit à une aide en cas de maladie ou d’accident pendant un voyage. Chaque année, le TCS organise le retour à bon port de 800 personnes et 2800 véhicules.

Fin de l'infobox


(Traduction de l'anglais: Olivier Pauchard), swissinfo.ch


Liens

×