Navigation

Sauter la navigation

Sous sites

Fonctionnalités principales

Tourisme 2.0 Grâce à des paysages suisses, Martina Bisaz est devenue une star sur Instagram

(Martina Bisaz, Instagram: @kitkat_ch)

La Grisonne Martina Bisaz vit désormais de ses publications sur Instagram. Plus de 200'000 personnes la suivent sur ce réseau social pour découvrir ses photos des Alpes suisses. Portrait de la femme qui se cache derrière le compte Instagram à succès @kitkat_chLien externe.

Martina Bisaz est récemment entrée dans le cercle restreint des quelques stars suisses des médias sociaux, au même titre que Julia Graf (Youtube/maquillageLien externe), Benoit (Youtube/jeuxLien externe) et Bendrit Bajra (FacebookLien externe). Ces quelques personnes parviennent à gagner leur vie grâce à leur communauté virtuelle. La Grisonne profite du fait que la numérisation a poussé l’industrie du tourisme à trouver de nouveaux moyens d’atteindre les potentiels clients. 

Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Jadis, seuls les médias avaient la possibilité de toucher une large audience. Désormais, avec de la persévérance, de la créativité et un peu de chance, presque tout le monde peut créer une importante communauté via les réseaux sociaux. Ces utilisateurs influents sont intéressants parce qu’ils parlent de leur vie privée et interagissent personnellement avec leur public.

Dans le monde de la communication, le recours à ces personnes, qu’on appelle des influenceurs, porte le nom de Marketing d’Influence (Influencer Marketing). Récemment, la région de Lucerne et en particulier l’Hôtel Villa Honegg, qui surplombe le lac de Lucerne, a réussi un grand coup dans ce domaine. La vidéo d’une bloggeuse de la piscine de l’établissement Lien externeest devenue virale dans le monde entier.

Martina Bisaz a également réussi à faire partie des influenceurs et à promouvoir des produits et des marques. La recette de son succès ne réside pas uniquement dans ses belles photos de paysages, mais aussi dans son utilisation de deux classiques du monde de l’automobile, qui apparaissent régulièrement dans ces images. Le premier est une Fiat 500 noire, le deuxième un bus Volkswagen orange.

Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Comme premier pas dans ce domaine, Martina Bisaz a organisé un voyage autour du monde. En route, elle a pris le temps de répondre à quelques questions. 

Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

swissinfo.ch: Pourquoi avoir commencé par un tour du monde?

Martina Bisaz: C’est le premier mandat que j’ai décroché.

swissinfo.ch: Avez-vous financé le voyage vous-même?

M.B.: Non, il était pris en charge par Star Alliance.

swissinfo.ch: Lorsqu’on regarde vos photos autour du monde, celles qui récoltent le plus de «J’aime» sont les photos de paysage qui ressemblent à la Suisse. Est-ce que ce point de vue étroit de vos fans vous énerve?

M.B.: C’est vrai que la plupart d’entre eux me suivent et me connaissent pour les photos de montagnes suisses. Cela m’irrite effectivement un peu. Toutefois, le fait que certaines images reçoivent moins de «J’aime» s’explique aussi par le fait que, lorsque je me trouve sur d’autres fuseaux horaires, l’accès à internet est parfois limité et il n’est pas toujours possible de poster les photos aux heures habituelles

Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

swissinfo.ch: Vous êtes actuellement en train de faire un tour du monde. Comment voyez-vous la Suisse de l’étranger?

M.B.: Pour être honnête, je n’ai pas trop le temps de voir ce qui s’y passe. Je consacre les quelques instants où j’ai accès à internet à utiliser Instagram, à répondre aux e-mails, à rester en contact avec des amis et à organiser la suite du voyage.  

swissinfo.ch: Quels paysages en dehors de la Suisse vous fascinent?

M.B.: Il y en a plusieurs. Les paysages désertiques, les canyons et les forêts tropicales m’enthousiasment particulièrement. En fait, ce qu’on ne peut pas trouver en Suisse. 

Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

swissinfo.ch: Selon vous, quelle organisation touristique suisse utilise les médias sociaux de manière exemplaire?

M.B.: Je n’ai pas une vue d’ensemble. Ainsi, je ne peux parler que de ce que je connais. Le canton des Grisons le fait très bien, la région de l’Engadine se met bien en évidence sur Instagram.  

Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

swissinfo.ch: Vous êtes également illustratrice scientifique. Y a-t-il des points communs entre le dessin scientifique et la photographie?

L’avis de l’experte en tourisme Vanessa Bay sur l’impact des médias sociaux

«A côté de Tripadvisor et Facebook, Instagram fait partie des plates-formes les plus importantes pour la promotion des destinations de voyages et des hôtels.» 

«Les réseaux sociaux et ce qu’on appelle l’Influence Marketing va devenir de plus en plus important et seront intégrés aux formes classiques de publicités comme les prospectus et les annonces.»

«La devise est actuellement: le public cible détermine le choix du canal de promotion.»

M.B.: Je trouve qu’il est difficile de répondre à cette question. Cependant, je pense qu’il y a des points communs. Tant dans la photographie que dans le dessin, je suis satisfaite lorsque le résultat est comme je l’avais imaginé. La composition de l’image et la précision y jouent un rôle important.

swissinfo.ch: Vous avez l’habitude d’échanger avec des utilisateurs d’Instagram dans le monde entier. Quel aspect de la Suisse est-il le plus souvent mentionné?

M.B.: Grâce à Instagram, j’ai appris à connaître beaucoup de monde. Avec certains, j’échange de manière régulière. Les réactions concernant la Suisse sont variées. Naturellement, beaucoup associent la Suisse à ses beaux paysages, surtout les paysages alpins. Ils soulignent aussi que tout est parfaitement organisé; des transports publics jusqu’à la législation en passant par la démocratie. Ils disent aussi que la Suisse est très chère. Le plurilinguisme, lui, fascine de nombreuses personnes.

Parfois, j’entends toutefois des remarques sur les récentes votations et un certain parti de la droite conservatrice. Partout dans le monde, on parle des votations en Suisse et de leurs résultats plutôt extrêmes et assez à droite.  

Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

swissinfo.ch: Si vous deviez ne donner qu’un seul conseil à un touriste étranger qui veut visiter la Suisse, quel serait-il?

M.B.: Même cette question n’est pas facile. Je n’ai moi-même vu qu’une petite partie de la Suisse. Chaque endroit ou canton a son charme. Toutefois, une chose est sûre: il ne faut pas manquer de voir les Alpes. 

Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

swissinfo.ch: Comment décrieriez-vous vous vos photos à quelqu’un qui ne pourrait pas les voir?

M.B.: Je dirais peut-être qu’elles sont colorées avec beaucoup de nature. Elles ont aussi souvent un aspect ludique et personnel. Mes photos sont rarement complexes et chaotiques. Je préfère la simplicité. 

Martina Bisaz (35 ans) a grandi à Zizers, dans le canton des Grisons. Elle a suivi des études d’illustratrice scientifique à la Haute école d’art de Zurich. Jusqu’à récemment, elle a travaillé comme illustratrice scientifique pour le Service archéologique du canton de Zurich. Parallèlement à ses activités professionnelles, passionnée de photographie, Martina Bisaz a ouvert un compte Instagram, il y a cinq ans. Ses photos ont rapidement rencontré un grand succès, si bien qu’Instagram les a présentées sur le blog de la société. Depuis, le nombre des fans du compte de Martina Bisaz a dépassé les 200'000. Même si elle vit depuis 14 ans dans le canton de Zurich, elle se rend souvent dans les Alpes grisonnes. La plupart du temps, elle y rend visite à ses parents, dans le petit village de Latsch. Plus d'informations peuvent être trouvées sur son site WebLien externe.



(Traduction de l'allemand: Katy Romy)

×