Un Belge et deux Suisses sur le podium

Le Belge Rik Verbrugghe s'est surpris lui-même. Keystone

Mardi à Genève lors du prologue du Tour de Romandie, Alexandre Moos et Martin Elminger ont réalisé d'excellents résultats. Alex Zülle, lui, a déçu.

Ce contenu a été publié le 01 mai 2002 - 08:17

A l'issue d'un prologue très technique, tracé au cœur de la Veille Ville de Genève, le Belge Rik Verbrugghe s'est emparé du maillot jaune de leader. Le Valaisan Alexandre Moos (2e) et le Zougois Martin Elminger, les deux coureurs de Phonak, l'ont accompagné sur le podium.

Passé professionnel en 1996, ce Flamand de 27 ans appartient à la race des puncheurs. Il détient un record peu commun: vainqueur du prologue du Giro 2001 à Pescara le printemps passé, il a réalisé la plus haute moyenne jamais établie dans cet exercice, 58,874 kilomètres/heure.

Spécialiste de cyclocross, Moos s'est trouvé à l'aise sur ce terrain ponctué de 14 virages. «Il importait de bien les aborder pour se relancer avec un maximum de vitesse. Je freinais au dernier moment. Je n'ai pas pris de risques inutiles. Je les ai gérés», explique le Valaisan.

Et d'affirmer: «Je suis déçu d'avoir été battu de moins de deux secondes. Mais ce matin je pensais qu'une place dans les dix premiers me satisferait». Et de revenir sur sa course: «J'ai opté pour mon vélo de route, avec des roues en carbone».

Pour la petite histoire, parti en 14e position, il est resté leader le temps de voir 111 coureurs franchir la ligne d'arrivée.

Martin Elminger étonné, Zülle déçu

Troisième, Martin Elminger affichait une certaine surprise: «Ce matin, à mon réveil, je ne me sentais pas très bien. Je pensais: une place dans les vingt premiers me satisferait. Certes, c'est un parcours comme je les aime, très technique».

Il faut encore relever la 8e place de Markus Zberg. Pour sa part Rubens Bertogliati (18e à 8'') relève: «Ce n'est pas un parcours que j'affectionne. Il y a trop de virages. Je préfère les longues lignes droites. Ce parcours est fait pour un sprinter».

Quant à Alex Zülle, déçu (49e avec un retard de 11''), il s'est enfermé dans son camping-car.

Pour sa part, le Neuchâtelois Steve Zampieri se satisfaisait de sa 24e place: «Je ne m'attendais pas à une grosse performance. Finalement je constate que je n'ai pas de si mauvaises jambes. Et puis, sur un tel parcours, il n'y a pas à réfléchir: il faut le faire à bloc. En fin de compte, perdre moins que 9'' est satisfaisant». Et de conclure: «Je ne suis pas un spécialiste de ce genre d'exercice».

Le Tour est lancé

Le Tour de Romandie est lancé. Toutefois, déjà décapitée par l'absence des meilleurs Suisses - Camenzind, Beat Zberg, Laurent Dufaux, Sven Montgomery - l'épreuve romande a encore enregistré le forfait de deux têtes d'affiche: le sprinter italien Mario Cipollini (malade) et son compatriote Filippo Simoni (saturé de compétitions).

A noter également l'absence de Gustov Volodimir. L'Ukrainien serait passé inaperçu s'il n'avait pas été déclaré inapte suite à un contrôle antidopage. Son taux d'hématocrite est légèrement supérieur aux valeurs autorisées. Son équipe «Fassa Bortolo» a demandé un complément d'analyse à l'Union cycliste internationale (UCI), estimant que les valeurs relevées sont physiologiques.

Mercredi, le Tour de Romandie met le cap sur le Jura. Cette longue étape conduisant de Genève à Malleray/Bévillard (187 km) devrait être riche en enseignements sur les intentions des candidats à la victoire.

swissinfo/Pierre-Henri Bonvin

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article