Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Un plan de sortie de crise provocateur

Les patrons ne manquent pas d'idées pour relancer l'activité économique.

(Keystone)

L’Union suisse des arts et métiers veut assurer une reprise à long terme. Pour y parvenir, elle présente un plan en dix points assez provocateur.

En effet, elle préconise notamment le creusement d’un deuxième tunnel routier au Gothard et la hausse de l’âge de la retraite.

L’Union suisse des arts et métiers (USAM) est la principale association économique du pays. Elle représente 98% des entreprises suisses, ces dernières offrant 90% des postes de travail.

L’USAM a présenté ses «dix points pour la reprise» lors d’une conférence de presse. Un genre de pratique qui n’a rien d’inhabituel pour cette organisation.

Elle participe en effet depuis toujours à la formation de l’opinion et fait en sorte que les préoccupations de ses membres trouvent un écho sur la scène politique.

Dernier exemple en date: l’USAM réclame à nouveau le percement d’un second tunnel routier au Gothard, et cela immédiatement après le refus du contre-projet «Avanti» lors des votations fédérales du 8 février.

Pour l’USAM, les besoins d’une société basée sur la mobilité passent avant des «demandes fondamentalistes». La compétitivité des petites et moyennes entreprises (PME) ne devrait par ailleurs pas être amoindrie par rapport à leurs concurrentes européennes.

Enfin – et ce n’est pas le moindre des arguments – l’entretien et le renouvellement des routes nationales profiteraient également aux entreprises de génie civil suisses.

Assaut contre les assurances sociales

Vice-directeur de l’USAM, Kurt Gfeller demande «des mesures radicales et rapides pour freiner rapidement la forte augmentation du nombre des bénéficiaires d’une rente invalidité». Il s’agit de lutter contre les abus.

L’assurance invalidité devrait se prononcer sur les cas déjà après quelques semaines et non plus après deux ans, comme c’est le cas actuellement. L’USAM remet en outre les rentes à vie en question.

La hausse de l’âge de la retraite à 67 ans ne constitue pas non plus un tabou pour l’organisation économique. Qui propose une série de mesures pour y parvenir.

Les employés devraient notamment cesser de penser que leur salaire continuerait d’augmenter de façon linéaire avec l’augmentation de la durée de l’activité professionnelle.

«Celui qui a dépassé le zénith de ses capacités doit être prêt à accepter une certaine baisse de salaire», déclare Kurt Gfeller.

De leur côté, les employeurs devraient être prêts à davantage recourir à la main-d’œuvre âgée. Pour ce faire, il conviendrait de renoncer à toutes les règles qui rendent plus cher pour les employeurs l’utilisation de collaborateurs âgés.

Pas d’interdiction en matière de publicité

L’industrie de la publicité reçoit également le soutien de l’USAM. L’organisation s’oppose en effet à toute interdiction en matière de pub pour le tabac et l’alcool, comme le déclare son chef de la communication Jürg Zbinden.

En effet, à ses yeux, la publicité ne constitue «presque jamais une raison pour consommer de l’alcool ou du tabac».

L’USAM craint en outre qu’une telle interdiction ne se propage à d’autres produits: sucreries, nourriture grasse, beurre, produits pour enfants ou encore voitures. Si besoin, l’organisation combattrait par référendum de telles «mesures de censure».

Combats politiques en vue

L’USAM s’attend à être très active au niveau politique au cours des prochains mois. Il s’agira en premier lieu de défendre le projet d’assurance maternité proposé par son directeur Pierre Triponez. Or ce projet est attaqué par référendum et devrait être soumis au vote cette année encore.

Cette assurance-maternité s’adresse uniquement aux femmes salariées. Le projet prévoit que ces dernières soient payées grâce à un fonds à la base prévu pour compenser les pertes de gain des militaires en service.

Une solution avantageuse pour les employeurs qui éviteraient ainsi de nouvelles contributions sociales.

L’USAM entend également défendre l’extension de l’accord sur la libre circulation des personnes aux nouveaux membres de l’Union européenne.

A droite comme à gauche, des menaces de référendum planent sur cette extension. Membre du comité-directeur de l’USAM, Rudolph Horber reste toutefois très clair: «nous combattrons tout référendum avec détermination, d’où qu’il vienne».

swissinfo, Etienne Strebel
(traduction: Olivier Pauchard)

En bref

- L’Union suisse des arts et métiers fêtera cette année son 125e anniversaire.

- L’organisation est traditionnellement proche du Parti radical (droite) qui défend depuis toujours le libéralisme économique.

- L’USAM n’entend cependant plus être liée à un seul parti, mais collaborer avec tout mouvement politique dont les vues coïncident avec les intérêts de ses membres.

- Sortie gagnante des dernières élections fédérales, l’Union démocratique du centre (UDC / droite dure) devrait augmenter son influence au sein de l’USAM.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×