Wavre à bon port

Dominique Wavre à l'heure du triomphe et du soulagement. Keystone

Dominique Wavre est cinquième du Vendée Globe, la course autour du monde en monocoque, en solitaire sans escale et sans assistance. Son bateau, Union Bancaire Privée, a coupé la ligne d'arrivée au large des Sables-d'Olonne, jeudi soir, peu avant 19 heures.

Ce contenu a été publié le 23 février 2001 - 11:52

Le Genevois termine dans l'ordre derrière le Français Michel Desjoyeaux (PRB), la Britannique Ellen Mac Arthur (KingFisher) et les Français Roland Jourdain (Sill) et Marc Thiercelin (Active Wear).

En mer pendant 105 jours et 2h47'12", Wavre ne sera pas passé sous la barre des cent jours, comme les trois premiers mais aura tout de même battu l'ancien record de l'épreuve détenu par Christophe Auguin lors de la précédente édition (1996-1997), de 105 jours 20h31'23". Après les deux premiers, Dominique Wavre est le troisième navigateur à arriver de nuit au port des Sables d'Olonne.

Le Genevois a laissé exploser sa joie dès la ligne franchie, évacuant le stress d'une dernière semaine particulièrement éprouvante en raison d'une météo capricieuse. Sa compagne, la Française Michèle Paret, est venue immédiatement le rejoindre. Le couple était debout enlacé à l'avant du bateau, des feux de bengale à la main, lors de la remontée du chenal bordé de monde.

D'habitude plutôt calme et posé, le Genevois est apparu excité comme une puce. Le sourire jusqu'aux oreilles, il levait les bras au ciel pour manifester sa jubilation. Une bouteille de champagne à la main, il lâchait des «Aaah» de satisfaction entre chaque gorgée avant de dévorer un sandwich. «Ca fait du bien ! Je suis finalement arrivé dans les temps», a-t-il plaisanté. Une allusion au fait qu'il avait jusqu'a 19h40 pour entrer dans le chenal à marée haute. Dans le cas contraire, il aurait été contraint de passer la nuit sur son voilier avant de pouvoir rentrer au port.

«J'ai fait quatre tours du monde avec escale, mais il n'y a aucun port, même en Nouvelle-Zelande, qui est pourtant La Mecque de la voile, où l'on est accueilli comme ça. L'arrivée est un soulagement, l'arrivée, c'est fantastique. Et vous êtes tous là, c'est génial ! Cet accueil est extraordinaire. J'en ai les jambes coupées», a-t-il encore déclaré.

Dominique Wavre aura remonté presque tout l'Atlantique au coude à coude avec le Français Thomas Coville (Sodebo). Ces derniers jours, ils ont tous les deux affronté des conditions météo particulièrement éprouvantes, avec un vent faible et très inconstant dans sa direction. Les deux hommes se sont appelés plusieurs fois par jour pour se remonter le moral.

«On va arriver ensemble, avait prédit Dominique Wavre lundi. Cela fait plus de 6000 milles qu'on est proche l'un de l'autre et qu'on se bat contre les mêmes phénomènes météo». Mais le Genevois aura finalement précédé Coville, arrivé vendredi matin, et 6ème concurrent à descendre en-dessous du record établi lors de la précédente édition par Christophe Auguin.

swissinfo avec les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article