20 printemps pour Couleur 3

Vincent Steudler, la rock n'roll attitude? swissinfo.ch

Le 24 février, la 3e chaîne de la Radio suisse romande aura 20 ans. A son actif, une petite révolution, des hauts, des bas, et la volonté de retrouver sa place.

Ce contenu a été publié le 19 février 2002 - 10:54

La bande FM helvétique en ces lointains temps-là était un peu tristouille, habitée exclusivement par une radio publique plutôt tranquille. A peine çà et là percevait-on quelque écho de stations privées étrangères fraîchement créées, ainsi Radio Thollon ou KTFM.

C'est en 1981 que la SSR, pressentant l'ouverture de la bande FM au secteur privé et par conséquent l'arrivée massive de la concurrence sur son territoire, décide la création d'un 3e programme, spécifiquement destiné aux jeunes, dans chaque région linguistique. Et le 24 février 1982, sur les cendres de «Liste Noire», une émission qui occupe alors ses nuits, la Radio Suisse Romande lance «Couleur 3».

Electrochoc chez les jeunes Romands. Que ce soit dans ses choix musicaux ou dans l'humour qui caractérise son animation, Couleur 3 se veut inventive, dérangeante... bref, pionnière. Et elle l'est. Un signe parmi d'autres: rapidement, dès 1984, le piratage de la station romande va s'organiser en France.

Le choc des nineties

Couleur 3 progresse, invente, défriche (les fameux «Repérages») ou provoque (les «Nuits Q»). Mais avec les années 90, elle va connaître une douloureuse érosion de son public.

Il faut dire que tout a changé. D'abord, de par l'explosion de la concurrence: sur la bande FM, les radios privées se bousculent désormais au portillon. Et puis, comme le constate Vincent Steudler, patron de la chaîne depuis 1997, «l'utilisation même du média radio a changé. Aujourd'hui, l'auditoire jeune que nous visons - 20 à 35 ans - a beaucoup plus de possibilités: l'internet, les consoles de jeux, le cinéma, le «home cinema» etc.»

Mais ce qui a sans doute le plus porté préjudice à Couleur 3, c'est sa mauvaise gestion de l'éclatement musical des années 90: «On a voulu être novateur en intégrant toutes ces musiques dans un seul programme, et on a tout mélangé».

Couleur 3 a donc continué à programmer du rock, mais en offrant beaucoup de place au hip-hop et aux musiques électroniques. Tout en se détournant consciencieusement, avec une sorte d'élitisme parfois prétentieux, de tout ce qui aurait pu être qualifié de «grand public». Résultat de cette politique: en termes d'audience, la fin des nineties va être une catastrophe pour Couleur 3.

Rock n'roll et recentrage Attitude

Janvier 2001. Le sauvetage de Couleur 3 passe par un repositionnement drastique. La chaîne se recentre sur une programmation pop-rock généraliste, repoussant à la soirée ou au week-end les programmations plus spécifiques. «Nous avons choisi ce qui était notre fond de commerce et la culture-même de cette chaîne, c'est-à-dire un certain esprit rock» précise Vincent Steudler, qui fut le pilier de «Bikini Test», fameuse boîte rock de La Chaux-de-Fonds.

Les résultats ne se font pas attendre: de 132 000 auditeurs quotidiens au premier semestre 2001, la chaîne passe à 139 000 au deuxième.

OVNI radiophonique?

«Couleur 3 n'est peut-être plus une pionnière, mais elle est restée unique, en Suisse et même en francophonie. C'est resté un OVNI radiophonique», affirme Vincent Steudler, patron de la chaîne depuis 1997.

Peut-être plus tellement dans la définition de ses programmes que dans le ton qui les caractérise. Si Couleur 3 s'ouvre à davantage d'espaces parlés (thèmes de société, monde associatif, cinéma), c'est, comme dans le cadre de ses infos, avec une approche bien précise: un humour décalé et une volonté de mise en perspective, voire de commentaire.

Pour Vincent Steudler, «L'idée de cette chaîne, c'est d'avoir un regard sur les choses. De pouvoir décrypter les messages dont on nous bombarde, et de parvenir à donner des clés pour décrypter les grands enjeux».

Happy Birthday

«Nous avons réussi à stabiliser notre machine, et à la remettre en marche, poursuit le boss de Couleur 3. Elle devrait trouver sa vitesse de croisière l'année prochaine». Et les festivités liées à l'anniversaire de la chaîne devraient contribuer à la chose.

Des festivités qui auront lieu dans le cadre de ses programmes, bien sûr, mais pas seulement. Des soirées spéciales seront organisées lors des Festivals dont Couleur 3 est partenaire (notamment le Montreux Jazz, Paléo, Rock oz'Arènes à Avenches). Et puis, à fin octobre, deux grandes fêtes seront organisées dans les régions lausannoise et genevoise.

Bernard Léchot

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article