Navigation

Forum européen des sans-papiers à Berne

Personne n'est illégal, pouvait-on lire sur les bannières du forum de Bern. Keystone

Plus de 100 représentants de mouvements de sans- papiers de onze pays européens se sont retrouvés samedi à Berne. Objectif: définir des stratégies communes.

Ce contenu a été publié le 18 mai 2002 - 21:28

Contrairement à ceux d'autres pays européens, le mouvement suisse des sans-papiers est récent. Il est «sous haute pression», a déclaré samedi, Hannes Reiser du Forum civique européen de Bâle, lors du premier forum européen des sans-papiers.

Pour Hannes Reiser, il a fallu du courage pour organiser le mouvement en Suisse.

Cela dit,toutes les organisations européennes ont le même but: la régularisation collective des clandestins, a-t-il expliqué. Plusieurs orateurs ont rappelé que c'était possible et même pas si rare.

Régularisation collective

Pour exemple, confrontée à un afflux massif d'immigrants venant surtout d'Albanie et de Turquie, la Grèce a vu ses autorités pratiquement paralysées.

Cependant, En 1997, elle a proposé une régularisation collective. Ainsi, 375 000 personnes se sont inscrites et 200 000 ont été provisoirement admises.

Par ailleurs, un représentant des sans-papiers à Rome a expliqué qu'en Italie, les clandestins représentaient moins un problème politique qu'un problème économique, le pays ayant besoin de cette force de travail en raison du vieillissement de sa population.

Et sous la pression de l'Eglise, le gouvernement est en train de régulariser collectivement un nombre extraordinairement important de travailleurs clandestins.

Suisse montrée du doigt

Pour de nombreux intervenants, la solution helvétique consistant à examiner individuellement les cas urgents n'est pas convaincante. Pire encore, elle n'est pas appliquée par la plupart des cantons.

Plusieurs ouvriers n'ont ainsi pas droit à la régularisation, alors que les entreprises profitent de leurs services.

En outre des parlementaires des différents pays vont prendre part aux discussions, qui se poursuivent dimanche.

La rencontre est organisée et financée par le Forum civique européen de Bâle et Collectifs des sans-papiers, un mouvement de soutien aux sans-papiers.

Des représentants de toute l'Europe étaient présents pour soutenir leurs collègues suisses. L'Italie, l'Espagne, le Portugal, la France, la Grèce, la Belgique, les Pays-Bas, l'Autriche, la Suède et l'Allemagne étaient représentés.

swissinfo avec les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.