L'Italie demande à la Suisse l'extradition d'un mafioso

Contrebande de cigarettes. Keystone

Gerardo Cuomo serait un important trafiquant de cigarettes. Arrêté en Suisse le 10 mars dernier, il est accusé par le parquet de Bari, dans les Pouilles, d'association mafieuse, de contrebande et de blanchiment d'argent sale.

Ce contenu a été publié le 07 juin 2000 - 11:34

Pour les Italiens, cela ne fait pas de doute: c'est lui, le grand chef d'orchestre de plusieurs trafics internationaux, notamment via le Monténégro, où il avait obtenu une licence pour l'importation de 25 000 caisses de cigarettes.

Or, en dépit de plusieurs condamnations en Italie, l'homme agissait, semble-t-il, en toute liberté au Tessin, où il avait même obtenu un permis de séjour.

Sur une demande d'entraide de la justice italienne, le Ministère public de la Confédération helvétique a d'ailleurs demandé l'ouverture d'une enquête contre le procureur général du Tessin, Luca Marcellini, et le président du tribunal pénal cantonal, Franco Verda, tous deux soupçonnés d'avoir «violé leur devoir de fonction». Les deux magistrats ont provisoirement renoncé à leurs fonctions.

Les deux magistrats tessinois se seraient montrés particulièrement complaisants à l'égard du boss napolitain Gerardo Cuomo. Qui, tout en étant domicilié au Tessin, a pu continuer à gérer ses petites affaires, sans être jamais inquiété.

L'enquête, ouverte par la magistrature helvétique, repose sur des dossiers provenant de Bari. Sur place, la Direction antimafia italienne travaille, en effet, sur ce qu'elle considère comme l'une des plus grandes affaires de la contrebande internationale.

Interceptions, filatures et photos. Tout serait réuni dans ces dossiers compromettants qui ont été envoyés en Suisse. Mais, le mystère reste entier quant à leur contenu.

Dominique Muret, Milan

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article