Les consommateurs suisses ont le moral au beau fixe

Les Suisses n'avaient jamais été aussi optimistes sur la situation économique du pays depuis trente ans. Les chiffres trimestriels du Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO) indiquent un baromètre de la consommation au beau fixe.

Ce contenu a été publié le 10 août 2000 - 14:53

L'enquête trimestrielle du SECO porte sur les mois de juillet, août et septembre. Les 1100 ménages sondés doivent répondre à une série de questions portant non seulement sur leurs dépenses effectives, mais également sur celles qu'ils ont l'intention de faire.

L'indice du climat de consommation est déterminé à partir de trois facteurs, soit l'appréciation de la situation économique générale des douze derniers mois, l'appréciation de la situation budgétaire du ménage des douze derniers mois et des douze mois à venir.

La hausse de 55 points du premier de ces indicateurs montre que les Suisses n'ont jamais été aussi optimistes quant à la marche de l'économie du pays depuis 1972, date des premières enquêtes sur le climat de consommation.

Les ménages évaluent également leur propre situation financière de façon globalement positive et cet optimisme se retrouve dans d'autres indices, qui ne sont pas inclus dans le calcul de celui du climat de consommation.

Ainsi - et c'est une première en dix ans - l'indice d'évaluation de la sécurité de l'emploi retrouve les chiffres noirs, avec une hausse de cinq points. La disposition des ménages à faire des économies reste elle aussi largement favorable.

Ces chiffres «subjectifs», puisqu'ils portent sur l'appréciation que les gens peuvent avoir de leur situation, sont d'ailleurs confirmés par les chiffres objectifs. Toujours selon le SECO, la consommation privée des ménages a augmenté de 2,7 pour cent dans les trois premiers mois de l'année.

swissinfo avec les agences


Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article