Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Une voiture électrique suisse primée aux USA



Roger Riedener et le Tracer sur le circuit de Richmond, ville où Peraves possède son centre de distribution.

Roger Riedener et le Tracer sur le circuit de Richmond, ville où Peraves possède son centre de distribution.

(swissinfo.ch)

Le Tracer, véhicule électrique de la compagnie Peraves, remporte le X Prize, compétition d’innovation technologique parrainée par le gouvernement américain. Peraves est la seule firme étrangère lauréate, aux côtés de deux constructeurs américains.

Peraves et son Tracer ont reçu le X Prize jeudi à Washington, à l’issue d’une compétition de plusieurs mois qui a engagé 111 équipes et 136 véhicules dans une série d’essais de route et en laboratoire.

La compagnie basée à Winterthur est lauréate dans la catégorie des tandems carrossés. Elle se partage les 10 millions de dollars dont le prix est doté avec les compagnies américaines qui l’emportent dans les deux autres catégories.

Avec un gain de 2,5 millions de dollars, Peraves peut désormais bénéficier d’un programme du ministère américain de l’Energie qui facilite la commercialisation de véhicules propres.

Contribuer à protéger notre planète

«C’est un grand honneur, d’autant plus que jusqu’à présent, nous n’avions jamais été autorisés à entrer en compétition avec d’autres véhicules parce que le Tracer n’est pas une voiture, ni une moto», déclare Roger Riedener, pilote du Tracer et patron de Peraves.

«L’originalité du X Prize est que c’est une compétition égalitaire, puisque tous les types de véhicules sont appelés à se mesurer les uns aux autres, et puis, le X Prize est la course la mieux dotée de l’histoire de l’automobile», ajoute Roger Riedener .

Entouré de son équipe, le pdg de Peraves a reçu son chèque lors d’une cérémonie à laquelle participaient notamment Nancy Pelosi, la présidente de la Chambre, le député Ed Markey, président de la commission de l’environnement de la Chambre, John Holdren, directeur du bureau de la science et de la technologie de la Maison Blanche, et Urs Ziwiler, ambassadeur de Suisse.

«Chaque équipe a travaillé pour accélérer l’avenir et contribuer à protéger notre planète», a estimé Nancy Pelosi.

Ed Markey a salué dans Peraves et les autres lauréats «des pionniers qui sont en train de changer le monde.»

Conséquences pour l’environnement

«Il est temps de mettre un terme à notre dépendance destructrice envers le pétrole, une dépendance qui n’est pas durable et dont nous avons vu les conséquences pour l’environnement avec la marée noire de BP », a martelé ce député américain qui est l’auteur d’une proposition de loi destinée à favoriser le développement et la commercialisation des véhicules électriques.

Pour sa part, Urs Ziswiler a souligné que la victoire du Tracer illustre à quel point la Suisse est ancrée dans le 21ème siècle.

«Nous sommes bien plus que les clichés du fromage, du chocolat, des montres et même des banques, et nous en avons la preuve vivante avec cette équipe d’innovateurs», a affirmé l’ambassadeur.

Cependant, Peraves, bien que basée en Suisse, est aussi ancrée dans la mondialisation. En effet, la compagnie n’emploie que huit personnes à Winterthur, contre une quarantaine aux Etats-Unis et seize en République Tchèque.

Fabriqué à la main

«Demander ce qui est suisse dans Tracer, c’est comme demander ce qui est allemand chez Porsche qui fabrique certaines de ses voitures en Slovaquie et en Finlande et tous ses moteurs en Hongrie», lance Roger Riedener.

Le pdg de Peraves exlique qu’un Tracer est entièment fabriqué à la main et qu’il faut 700 heures de travail pour produire un exemplaire. «En Suisse, les coûts de la main d’œuvre reviennent à 100 francs l’heure, c’est pourquoi nous avons dû délocaliser.»

A ce stade, l’administration et l’ingénierie sont assurés à Winterthur, la carrosserie en République tchèque, le reste aux Etats-Unis avec l’assemblage en Californie et la distribution en Virginie.

«Aux Etats-Unis, la main d’œuvre est bien moins chère qu’en Suisse, selon les Etats américains considérés, les coûts reviennent à 30, 40 ou 50 francs l’heure», note Roger Riedener.

Mais même en dépit de cette délocalisation, le Tracer électrique coûte au client potentiel la bagatelle de 99’000 dollars dans sa version de base. C’est moins que la concurrence, en l’occurrence l’Américaine Tesla qui se vend à au moins 120’000 dollars.

Année de rentabilité

«2010 est d’ailleurs notre première année de rentabilité», indique Roger Riedener. Cette année, Peraves a vendu 36 Tracer électriques.

Quel est le profil type du conducteur ? «Un homme de 45 à 55 ans, cadre supérieur ou chef d’entreprise, certains possèdent une Porsche ou une Ferrari et ont fait de la moto quand ils étaient plus jeunes», dit le patron de Peraves.

8 des 36 Tracer électriques vendus cette année l’ont été aux Etats-Unis, un marché où, malgré la récession, les riches voient leur pouvoir d’achat augmenter.

Un pays, aussi, où la nécessité de se détacher du bon vieux moteur à combustion se fait plus sentir. «Les Américains polluent deux à trois fois plus que les Européens, il y a donc un plus grand besoin et les changements vont plus vite», indique M. Riedener qui, avant de rentrer en Suisse, présentera le Tracer électrique à Los Angeles et au salon de l’automobile alternative de Santa Monica.

X PRIZE POUR X-TRACER

Le X Prize est le prix le mieux doté dans l’histoire de l’innovation automobile.

Il est financé par des entreprises privées sous l’égide du ministère américain de l’Energie.

Primé pour son Tracer électrique, le constructeur suisse Peraves reçoit 2,5 millions de dollars.

Dans sa version essence, le Tracer consomme seulement 1,2 litre aux 100kms.

Dans sa version électrique, le Tracer a une autonomie de plus de 320 kms.

La concurrente du Tracer est la Tesla, de la compagnie californienne homonyme.

Peraves est la seule compagnie étrangère à être primée, aux côtés de deux constructeurs américains.

Les autres pays en compétition étaient le Canada, la Grande-Bretagne, l’Allemagne, la Finlande, l’Italie et la Thailande.

Fin de l'infobox

ROGER RIEDENER, PILOTE ET PDG

Roger Riedener a 53 ans. Né à Zurich, il vit à Winterthur.

Depuis 2009, il est président-directeur général de Peraves.

Il était pilote du Tracer dans la compétition pour le X Prize.

En 1989, il a acheté la première version du Tracer à essence et l’a transformé en véhicule électrique.

Fin de l'infobox

Washington, swissinfo.ch


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×