Aller directement au contenu
Your browser is out of date. It has known security flaws and may not display all features of this websites. Learn how to update your browser[Fermer]

Pas seulement le rail


Huit choses à savoir sur le Saint-Gothard




Le Saint-Gothard peut à la fois réunir et diviser. (Keystone)

Le Saint-Gothard peut à la fois réunir et diviser.

(Keystone)

Le 1er juin 2016, les projecteurs seront braqués sur le Saint-Gothard et sur l’ouverture du tunnel ferroviaire le plus long du monde. Mais le Saint-Gothard est beaucoup plus qu’un «simple» trou dans la montagne. Vous trouverez dans cet article multimédia de swissinfo.ch les aspects les plus importants, les plus insolites et les plus caractéristiques de ce symbole national suisse.

Monte Tremulo, Mons Ursarie, Mons Elvelinus et Monte Sancti Gutardi. Les noms autrefois attribués à ce qui est aujourd’hui connu comme le Saint-Gothard sont multiples. Sont multiples également les histoires, les significations et les visions qui ont entouré ce massif alpin au cours des siècles. Massif et non pas montagne: il n’existe en effet pas de montagne qui porte ce nom. 

1.    Le Saint-Gothard est un mythe

Le Pont du diable et les gorges de Schöllenen dans une représentation de Kaspar Ulrich Huber, vers 1860. (AKG)

Le Pont du diable et les gorges de Schöllenen dans une représentation de Kaspar Ulrich Huber, vers 1860.

(AKG)

Théâtre du serment d’alliance entre les premiers Confédérés en 1291 et lieu de résistance contre les Habsbourg, le Saint-Gothard bénéficie d’une aura unique. Ni le Cervin ni aucune autre montagne suisse ne revêtent la même valeur symbolique que ce massif: berceau de la Confédération, centre des Alpes, voie de passage des peuples, lieu de naissance des grands fleuves européens, carrefour des cultures de la Suisse et symbole de l’indépendance, de la cohésion et de l’identité du pays.

Un amalgame que le professeur d’histoire médiévale de l’Université de Neuchâtel Jean-Daniel Morerod explique dans cet article par «la coïncidence entre l’importance commerciale du Saint-Gothard au 13e siècle et l’insurrection des communautés locales contre les Habsbourg». Pour l’écrivain Peter von Matt, le Saint-Gothard peut être considéré comme une sorte de «Mont Sinaï helvétique» qui a servi à «l’autoglorification de la Suisse».

Mais tout ce que l’on raconte sur le Saint-Gothard ne correspond pas toujours à la vérité, comme l’illustre Peter von Matt dans cette interview. Pendant très longtemps, on a même pensé que le Saint-Gothard était la montagne la plus haute des Alpes, une croyance mise à mal seulement au 18e siècle, rappelle l’historien Ralph Aschwanden.

2.    Le Saint-Gothard est une forteresse militaire

Juillet 1940, Seconde Guerre mondiale. Alors que l’Europe est envahie par l’Allemagne nazie, la Suisse neutre se ferme comme une huître autour du Saint-Gothard. Le général Guisan adopte la stratégie du Réduit national, un dispositif défensif centré sur la forteresse de l’espace alpin et tout particulièrement du Saint-Gothard.

Dans la montagne, on creuse galeries, tunnels, fortins et bunkers. La «forteresse» Saint-Gothard, dont la construction a débuté déjà durant la Première Guerre mondiale, devient une place-forte militaire qui demeure en partie aujourd’hui encore. Damien Zingg, chef opérateur de la Fondation «Sasso San Gottardo» nous fait visiter une batterie d’artillerie de l’armée suisse construite dans la roche et qui était couverte il y a quelques années encore par le secret militaire.

Vous trouverez dans un long article multimédia de swissinfo.ch d’autres images et films du Saint-Gothard et de son histoire.

3.    Le Saint-Gothard est le tunnel ferroviaire le plus long du monde

Le Saint-Gothard n’est pas un nouveau venu en matière de records. Long de 15 kilomètres, le premier tunnel ferroviaire, ouvert en 1882, fut un temps le plus long du monde, jusqu’à l’ouverture du tunnel du Simplon en 1906. Le tunnel routier du Saint-Gothard (16,9 km), inauguré en 1980, a aussi été le plus long du monde avant d’être détrôné par le tunnel de Laerdal (24,5 km) en Norvège.

L’inauguration du tunnel de base du Saint-Gothard marque un nouveau record: 57,104 km creusés dans la roche. Un record appelé à résister plusieurs années, étant donné que les grands ouvrages en construction, comme le tunnel de base de la ligne Turin-Lyon, seront plus courts de quelques mètres.

 (swissinfo.ch)
(swissinfo.ch)

Les chiffres exceptionnels du nouveau tunnel du Saint-Gothard ne concernent pas que sa longueur. Vous trouverez ici d’autres caractéristiques impressionnantes de l’ouvrage.

4.    Le Saint-Gothard fait partie des tunnels les plus sûrs

Les Chemins de fer fédéraux (CFF) n’ont pas de doutes: le tunnel ferroviaire du Saint-Gothard est sûr sous tous les points de vue, que ce soit pour les passagers ou les marchandises. Les deux tubes monodirectionnels évitent les collisions et différents systèmes de détection s’activent en cas d’incendie, de fuite de gaz, de surchauffe des axes des wagons ou de déplacement de la charge. Les trains qui ne sont pas aux normes sont arrêtés avant d’entrer dans le tunnel.

Tous les 325 mètres, deux galeries latérales relient les deux tubes et permettent aux voyageurs d’accéder rapidement à des zones protégées en cas d’urgence. Si un train déclenche une alarme, le convoi est automatiquement conduit vers l’une des deux gares de secours (Sedrun ou Faido).

En regardant à l’intérieur de la montagne, on se rend compte du système complexe de tunnels et de galeries et de la manière dont fonctionne le concept de sécurité.

5.    Le Saint-Gothard rapproche le sud et le nord de l’Europe

Milan périphérie de Zurich? Avec l’entrée en service du tunnel de base du Saint-Gothard et l’achèvement de l’ensemble de la ligne, en particulier du tunnel du Monte Ceneri, la capitale économique de la Suisse et le chef-lieu de la Lombardie seront plus proches. Le voyage en train durera moins de trois heures (contre quatre actuellement).

Dans un contexte plus large, la ligne du Saint-Gothard représente l’une des principales liaisons à travers les Alpes et l’un des corridors ferroviaires les plus importants d’Europe pour le trafic des passagers et des marchandises.

Mais le succès de l’ouvrage et la possibilité de transporter les marchandises entre la Mer du Nord et la Méditerranée ne dépendent pas seulement des travaux effectués en Suisse. Dans les pays limitrophes, les lignes d’accès au Saint-Gothard doivent être adaptées et agrandies. Vous pouvez prendre connaissance de l’avancée de travaux en Italie et en Allemagne.

6.    Le Saint-Gothard est le tunnel des mineurs et des ingénieurs

Chantier du siècle, chef-d’œuvre de l’architecture ferroviaire, joyau de la Suisse pour l’Europe: le nouveau tunnel de base du Saint-Gothard est l’ouvrage de tous les superlatifs. Mais surtout le fruit du travail de centaines de mineurs, ouvriers et ingénieurs, pour la plupart étrangers, qui dans des conditions extrêmes – avec des températures de presque 40 degrés Celsius – ont travaillé jour et nuit pendant 17 ans. Un travail non sans risques qui a coûté la vie à neuf personnes. La sueur et la passion de ces hommes vêtus d’orange ont été documentées par les photographe de swissinfo.ch.

7.    Le Saint-Gothard a un avenir incertain

L’ancienne ligne ferroviaire du Saint-Gothard est en fonction depuis la fin du 19e siècle. (Keystone)

L’ancienne ligne ferroviaire du Saint-Gothard est en fonction depuis la fin du 19e siècle.

(Keystone)

Nous ne parlons évidemment pas ici du nouveau tunnel, mais de l’ancienne ligne de montagne. Avec l’entrée en fonction du tracé passant par la plaine, au mois de décembre selon le calendrier prévu, l’avenir de la ligne qui relie Göschenen (Uri) et Airolo (Tessin) est incertain. La concession pour le transport à longue distance prendra fin en 2017. Il faudra alors décider si on laisse la situation telle quelle ou si on destine le tracé de montagne en partie ou entièrement au trafic régional.

L’avenir de la ligne de montagne pourrait être garanti par une candidature au patrimoine mondial de l’UNESCO, estime l’historien Kilian Elsasser qui évoque dans cet article les avantages d’une telle décision. Peu soutenue par le gouvernement suisse, l’option UNESCO est revenue récemment d’actualité. Selon l’organisation pour la protection du patrimoine architectural Patrimoine Suisse, la candidature pour l’inscription de la ligne sur la liste de l’UNESCO «va être déposée sans délai».

De son côté, la fondation pour le patrimoine historique des chemins de fer suisses, CFF Historic, a l’intention de mettre en valeur la ligne de montagne en proposant des promenades sur des trains historiques. Par exemple sur l’automotrice électrique RAe 1050, qui remonte à l’époque phare du réseau international Trans Europ Express.

L’automotrice électrique RAe 1050 est entrée en service en 1961. (Keystone)

L’automotrice électrique RAe 1050 est entrée en service en 1961.

(Keystone)


8.    Un Saint-Gothard à (re)découvrir à pied

Vingt minutes pour traverser les Alpes. C’est le temps qu’il faudra au voyageur pour aller d’Erstfeld, au portail nord du nouveau tunnel de base, à Bodio, au Tessin. Vingt minutes qui défileront sans avoir le temps de percevoir l’histoire, les mythes et les légendes liées au Saint-Gothard.

La marche n’est-elle finalement pas le meilleur moyen de (re)découvrir ce massif et toute la région du Saint-Gothard? C’est ce qu’ont fait deux journalistes de swissinfo.ch qui ont relaté leur expérience dans un long reportage multimédia.

Selon les intérêts, les points de vue et les expériences personnelles, le Saint-Gothard ne laisse jamais indifférent. Pour l’auteur de cet article, c’est surtout une barrière qui sépare la Suisse italophone au sud et la Suisse germanophone au nord, le lieu de naissance du poste de travail. En termes de culture, de style de vie et certainement aussi de conditions météorologiques, il existe clairement deux versants du Saint-Gothard. Et pour vous, que représente le Saint-Gothard? Envoyez-nous vos commentaires, partagez vos réflexions et racontez-nous vos expériences.


(Traduction de l'italien: Olivier Pauchard)

Droits d’auteur

Tous droits réservés. Le contenu du site web de swissinfo.ch est protégé par des droits d’auteur. Il est destiné uniquement à un usage privé. Toute autre utilisation du contenu du site web au-delà de celle stipulée ci-dessus, en particulier la diffusion, la modification, la transmission, le stockage et la copie, nécessite le consentement préalable écrit de swissinfo.ch. Si vous être intéressé par l’utilisation du contenu du site web,contactez-nous à l’adresse contact@swissinfo.ch.

En ce qui concerne l’utilisation à des fins privées, il vous est uniquement permis d’ utiliser un hyperlien menant vers un contenu spécifique et de le placer sur votre propre site web ou sur le site web de tiers. Le contenu du site web swissinfo.ch peut être exclusivement incorporé dans un environnement sans publicité et sans aucune modification. Une licence de base non exclusive et non transférable est accordée et s’applique spécifiquement à l’ensemble des logiciels, des dossiers, des données et leur contenu téléchargeables sur le site web swissinfo.ch. Elle est limitée à un seul téléchargement et enregistrement desdites données sur des appareils personnels. Tous les autres droits restent la propriété de swissinfo.ch. En particulier, toute vente ou utilisation commerciale desdites données est interdite.

×