Toute l'actu en bref

Israël a lancé vendredi un appel aux gouvernements à ne pas assister à la conférence convoquée par la Suisse pour mercredi prochain à Genève sur le respect des Conventions de Genève dans les Territoires palestiniens occupés. L'Etat hébreu dénonce en termes vifs la décision de Berne.

"Israël considère gravement la décision du gouvernement suisse d'accéder à la demande palestinienne de tenir une conférence des Etats parties aux Conventions de Genève le 17 décembre", déclare l'Etat hébreu dans un communiqué de la Mission israélienne à l'ONU.

"Le rôle d'Etat dépositaire des Conventions de Genève oblige la Suisse à agir de manière neutre et apolitique. La décision du gouvernement suisse de convoquer une conférence suscite de sérieux doutes sur son engagement à respecter ces principes", affirme l'Etat hébreu.

Ce faisant, "la Suisse prête la main à la politisation des Conventions de Genève en particulier et des lois de la guerre en général", ajoute le communiqué. "La conférence est un acte politique dont le seul but est d'exploiter la plate-forme importante des Conventions de Genève pour attaquer Israël", poursuit le texte.

Initiative "scandaleuse"

Le communiqué dénonce en outre une "initiative particulièrement scandaleuse étant donné que les deux seules conférences tenues jusqu'ici ont traité du conflit israélo-palestinien, alors que beaucoup d'autres conflits ont lieu de par le monde, y compris dans des zones où des actes horribles sont commis en ce moment même".

Il confirme qu'Israël ne prendra "bien sûr" pas part à la conférence. Et ajoute: "Au vu de cette gestion problématique et biaisée de la conférence par le gouvernement suisse, Israël est en train de réexaminer sa position à l'égard des autres initiatives suisses relevant du droit international humanitaire".

Large participation

Les Etats-Unis et le Canada ont déjà indiqué qu'ils ne prendront pas part à la conférence, convoquée au niveau des ambassadeurs à l'ONU. Le président de la Confédération Didier Burkhalter a indiqué toutefois jeudi qu'il s'attend à une "participation très large".

La Suisse a repris fin juillet les consultations sur cette question, à la suite d'une demande du président palestinien Mahmoud Abbas. L'évaluation finale a permis de constater qu'une "masse critique transrégionale d'Etats parties ont exprimé leur soutien" à la tenue d'une telle conférence, a précisé le Département fédéral des Affaires étrangères (DFAE).

L'objectif de la réunion est de réaffirmer le droit international humanitaire applicable dans le Territoire palestinien occupé, y compris Jérusalem-Est.

sda-ats

 Toute l'actu en bref