Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

200 bougies pour le «Guillaume Tell» de Schiller

Les statues de Goethe et Schiller, à Weimar.

(swissinfo.ch)

La Suisse centrale et la ville allemande de Weimar célèbrent les 200 ans de la pièce de Friedrich Schiller.

La représentation théâtrale de cette épopée patriotique sera bientôt jouée sur la célèbre prairie du Rütli. Mais, les festivités ont déjà débuté le 17 mars en Thuringe.

C’est en effet le 17 mars 1804 que la toute première représentation théâtrale du «Guillaume Tell» de Schiller a eu lieu dans la petite ville de Weimar, au centre de l’Allemagne. Le metteur en scène et régisseur de l’époque était l’un des amis de Schiller, un certain… Johann Wolfgang von Goethe!

Cette légende, évoquant le meurtre d’un tyran par un chasseur, est née au nord de l’Europe il y a fort longtemps. Et a franchi les Alpes beaucoup plus tardivement: elle n’est véritablement devenue un mythe fondateur de la Suisse qu’il y a 500 ans.

Tout pays a besoin d’un héros national. La France a Jeanne d’Arc, l’Italie Giuseppe Garibaldi, les Etats-Unis Abraham Lincoln… et la Suisse est fière de son Guillaume Tell.

Une existence légendaire

Mais si Jeanne d’Arc, Giuseppe Garibaldi et Abraham Lincoln étaient des êtres de chair et de sang, l’existence réelle de Guillaume Tell, on l’aura compris, est loin d’être attestée.

Or le commun des mortels n’a généralement pas les moyens de rivaliser avec un super héros: lutter contre un mythe est bien trop difficile. D’où le rayonnement du personnage.

Au cours de ses recherches, Barbara Piatti, auteur d’un ouvrage sur le Guillaume Tell de Schiller, a en effet constaté que la force réunificatrice du mythe suisse avait rempli une fonction similaire en Allemagne.

Impact révolutionnaire

«Durant une grande partie du 19ème siècle, l’Allemagne était composée d’une multitude de petits Etats», note-t-elle. Et de constater que l’histoire de Guillaume Tell et de l’unification des cantons d’Uri, Schwytz et Unterwald ont eu un effet révolutionnaire pour ceux-ci.

«Les idées véhiculées par la pièce correspondaient à la vision des Libéraux allemands. Laquelle se trouve en arrière-plan de la fondation de l’Etat fédéral suisse en 1848», commente Barbara Piatti.

A Weimar, tout le monde semble conscient de l’importance de l’histoire de Guillaume Tell pour les deux pays. Il a été possible de s’en rendre compte le 17 mars dernier en Thuringe, à l’occasion du jubilé des 200 ans de la pièce.

Lors des festivités organisées pour marquer l’événement, l’ambassadeur de Suisse en Allemagne, Werner Baumann, a été reçu avec les honneurs et en musique.

Le Rütli, centre mythique de la Suisse

Dès le 23 juillet, des réjouissances se dérouleront également en Suisse. Avec, notamment, une représentation théâtrale en plein air de Guillaume Tell, sur la célèbre prairie du Rütli. Le lieu où les représentants des cantons d’Uri, de Schwytz et d’Unterwald se seraient réunis pour pactiser, le 1er août 1291.

C’est donc sur ce lieu chargé d’histoire et de légende que le théâtre national allemand de Weimar – sous la direction du metteur en scène suisse Stephan Märki - va présenter la pièce.

Celle-ci entrera en concurrence directe avec la représentation donnée au «Théâtre Tell», une salle spécialement conçue pour cette pièce, jouée chaque année, à Altdorf, non loin de là.

Une tradition historique

Car dans le canton d’Uri, l’histoire de Guillaume Tell est mise en scène depuis près de 500 ans. Soit bien avant que Friedrich Schiller ne s’en emparât. Mais il faut reconnaître que c’est grâce à la pièce de l’auteur allemand que celle-ci a acquis son statut d’épopée nationale.

Le caractère définitif de la pièce de Schiller s’oppose en effet à la ré-interprétation perpétuelle proposée, année après année, par les acteurs amateurs de la société théâtrale d’Altdorf au «Théâtre Tell».

Pour ce jubilé 2004, la pièce proposée à Altdorf a été retravaillée par l’écrivain et dramaturge Hansjörg Schneider. Pour leur interprétation, les acteurs d’Altdorf utilisent deux langues: l’allemand et le dialecte.

«Lorsque nous voulons évoquer nos sentiments, nous utilisons notre dialecte. Mais lorsque nous parlons de politique, nous passons au bon allemand, comme cela était le cas au Parlement à Berne», a expliqué le metteur en scène de la pièce présent à Weimar.

Rapprochement culturel

Le Musée Suisse de Schwytz participera au forum de l’histoire suisse qui se tiendra à Schwytz justement, par le biais d’une exposition s’intéressant aux effets du mythe de Guillaume Tell à travers l’histoire.

Dans ce cadre également, un échange d’élèves allemands et suisses est prévu afin de permettre aux ressortissants des deux pays de mieux se comprendre.

Une initiative qui tombe à point nommé au vu des nombreux points d’achoppement qui opposent aujourd’hui la Suisse à son grand voisin.

swissinfo, Etienne Strebel, Weimar
(Traduction et adaptation: Mathias Froidevaux)

Faits

«Guillaume Tell» de Friedrich Schiller a été jouée pour la première fois le 17 mars 1804.
Cette œuvre – la dernière que Schiller a terminée - a été créée à Weimar.
C’est son ami Johann Wolfgang von Goethe qui, après un passage en Suisse, lui a donné l’idée d’écrire et de monter cette pièce de théâtre.

Fin de l'infobox

En bref

- Des représentations du Guillaume Tell de Schiller seront données du 23 juillet au 29 août 2004 sur la prairie du Rütli.

- Selon une tradition ancestrale, la troupe d’Altdorf proposera sa pièce du 14 août au 16 octobre 2004.

- L’exposition du Musée Suisse à Schwytz se tiendra quant à elle du 19 juin au 30 novembre 2004.

- Ces différentes manifestations culturelles ont pour but de jeter des ponts entre la ville de Weimar et les cantons de Suisse centrale.

Fin de l'infobox

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×