La frontière franco-suisse pourra rouvrir le 15 juin

Plus de la moitié des postes frontières franco-suisses ont rouvert normalement. Les contrôles continuent mais ils ne sont plus systématiques.

Les ministres suisses et français se sont mis d’accord: la frontière entre les deux pays sera rouverte le 15 juin. Chacun pourra à nouveau circuler sans restriction, mais des contrôles sont encore prévus. Les frontières de la Suisse avec l’Autriche et l’Allemagne rouvriront aussi à la même date.

Pour davantage d’informations sur le franchissement de la frontière franco-suisse et les conditions d’entrée dans les deux pays:

End of insertion

Dès le 15 juin, les déplacements pourront à nouveau se faire librement entre la Suisse et la France, avec le maintien de certains contrôles. D’intenses discussions entre les ministres suisses, français, allemands et autrichiens ont permis de déterminer une date commune pour la réouverture des frontières. Si la situation épidémiologique le permet, la circulation de la population pourra à nouveau se dérouler normalement entre les quatre États.

La réouverture de la frontière avec l’Italie devra encore attendre, car la pandémie est plus active dans ce pays et des restrictions importantes sont encore en vigueur sur son territoire.

Mais le gouvernement suisse ne veut pas attendre le 15 juin pour assouplir le passage aux frontières. La ministre de la Justice et de la Police, Karin Keller-Sutter, espère parvenir à un accord d’ici la fin de la semaine avec l’Autriche et l’Allemagne, afin de permettre aux familles de se retrouver et aux propriétaires de résidences secondaires de s’y déplacer. Avec la France, des discussions sont en cours mais elles sont «plus exigeantes», a indiqué Karin Keller-Sutter.

>> L'annonce de réouverture des frontières de Karin Keller-Sutter:

Le passage reste strictement contrôlé entre la Suisse et la France

Pour l’instant, les restrictions demeurent nombreuses à la frontière franco-suisse, malgré le déconfinement en cours des deux côtés. Pour entrer en France, il faut impérativement remplir une attestation de déplacement et se munir des documents justificatifs requis. Pour entrer en Suisse, il suffit de se munir des documents justificatifs.

En règle générale, les frontaliers peuvent passer d’un pays à l’autre pour aller travailler. Les ressortissants français ou ceux possédant un permis de séjour ainsi que leur famille peuvent se rendre en France et les ressortissants suisses ou ceux possédant un permis de séjour ainsi que leur famille peuvent se rendre en Suisse. Cela signifie qu’en théorie, un Suisse résidant en France pourrait franchir la frontière dans les deux sens, de même qu’un Français résidant en Suisse.

>> Avec une nouvelle étape de déconfinement cette semaine en France et en Suisse, des embouteillages se sont formés à la frontière:

Le transit et le transport de marchandises sont autorisés, tout comme les déplacements liés à la garde, la visite ou la scolarisation d’un enfant.

La Suisse autorise également, sur demande, le regroupement familial et l’entrée sur le territoire pour des raisons professionnelles. En France, seuls ont le droit d’entrer les ressortissants de l’espace européen qui peuvent justifier d’un motif économique impérieux avec un contrat de travail (par exemple les saisonniers). Le passage de la frontière est aussi permis dans les deux sens pour aider une personne vulnérable.

Pas de visites ni de tourisme

Pour l’instant, les visites familiales, les séjours en résidence secondaire et le tourisme ne sont pas considérés comme des raisons de franchir la frontière. Le tourisme d’achat est interdit et puni d’une amende de 100 francs par les autorités suisses.

Une fois sur le territoire helvétique, chacun peut circuler librement. En revanche, la France restreint les déplacements sur de longues distances. Pour pouvoir circuler en dehors de son département de résidence et au-delà de 100 km, il faut impérativement remplir une déclaration de déplacement et pouvoir avancer des raisons professionnelles, scolaires ou médicales, l’assistance d’une personne vulnérable, un motif familial impérieux ou la garde d’un enfant.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article