Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Charles Joris de retour au TPR

Charles Joris, photographié ici en 2000.

(Keystone)

L'ancien directeur du Théâtre Populaire Romand revient à La Chaux-de-Fonds, l'espace d'un spectacle.

Il y crée «La demande d'emploi» du Français Michel Vinaver. Un auteur qu'il connaît bien.

Cela fait combien... 4 ans ou 5 ans que vous avez quitté le TPR, Charles Joris? A l'autre bout du fil, l'homme interrogé hésite quelques secondes. Puis sa réponse arrive calmement: «Je ne sais pas, je n'ai pas envie de faire des calculs.»

Pour l'ancien directeur du Théâtre Populaire Romand, aujourd'hui à la retraite, le temps n'existe pas. «Le mot retraite ne signifie rien pour moi, précise-t-il. Je suis artiste, je fais du théâtre depuis que j'existe. D'ailleurs je ne sais rien faire d'autre, et ce sera toujours ainsi».

La preuve par ce retour à Beau-Site, la mythique scène de la Chaux-de-Fonds qui l'accueille aujourd'hui et dont il avait fait une référence dans le milieu théâtral francophone. C'était dans les années 60-70.

Charles Joris, qui dirigeait alors le TPR, faisait connaître au public romand un auteur majeur français: Michel Vinaver. De ce dramaturge aujourd'hui célèbre, Joris a monté plusieurs pièces qui ont en quelque sorte jalonné son parcours de metteur en scène.

Il y eut ainsi «Les Coréens», «Les Voisins», «Par-dessus bord», «Iphigénie Hôtel». Et voici aujourd'hui «La demande d'emploi» que Joris crée donc à la Chaux-de-Fonds le 20 octobre.

Complicité de longue date

Depuis plus de 40 ans, une complicité artistique et humaine lie les deux hommes. Le dramaturge a une écriture télescopée, fragmentaire, que le metteur en scène a toujours respectée, évitant de la rendre lisse.

C'était là la clé de la réussite de Joris dans sa mise en scène de «Par-dessus bord» dont Vinaver dira: «Pour moi, c'est un des plus grands souvenirs de théâtre, absolument unique dans tout mon parcours, celui des représentations à la Chaux-de-Fonds».

Michel Vinaver, qui fut longtemps PDG de Gillette dans plusieurs pays d'Europe, connaît bien les problèmes liés au travail. Le monde des affaires lui a d'ailleurs souvent fourni le sujet de ses pièces. C'est le cas dans «Par-dessus bord». C'est le cas également dans «La demande d'emploi» où un cadre au chômage voit son univers et ses certitudes basculer subitement.

«Ce que j'aime chez Vinaver, confie Joris, c'est sa manière de s'emparer de la réalité et de restituer le quotidien avec une écriture apparemment banale qui trahit, néanmoins, la profonde fragilité humaine».

Dans «La demande d'emploi», ce qui intéresse le metteur en scène, ce n'est pas tant le chômage. Ce sont plutôt les difficultés qu'éprouvent les hommes et les femmes face aux rapides mutations de notre société.

«Vinaver enquête justement sur l'existence des gens, explique-t-il. Il jette aussi des doutes sur les positions arrêtées. Ses pièces restent vivantes parce qu'elles ne se ferment jamais sur des solutions».

swissinfo, Ghania Adamo

Faits

«La demande d'emploi», une création du TPR donnée à L'Heure Bleue, à la Chaux-de-Fonds, dans la mise en scène de Charles Joris.
Du 20 au 30 octobre.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.